AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

L'allée de la souffrance feature Molly

 :: Flood :: Corbeille :: RP abandonnés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Ven 28 Oct - 23:22
Le monstre de foire hantait une allée parsemée de détritus. Que ce soit humain ou bien domestiques, les rebuts jonchaient le sol. Une odeur de crasse, de putréfaction, d’urine et de vomi agressait l’odorat de la lie de l’humanité. L’ange déchu avait mal. Son cœur si immense et rempli de candeur et de bonté venait de recevoir une nouvelle zébrure sanglante. Deux nouvelles plaies ornaient son corps de cauchemar, ce réceptacle si puissant, mais hideux pour tous. L’ancien mineur avait essayé de soulager la souffrance de sa raison de vivre, de sa lueur divine qui l’accompagnait depuis le décès de Rosalie. Cette flamme d’humanité et de rédemption qui vacillait encore une fois à cause des doigts squelettiques de la Faucheuse. Elle avait failli mourir. Les machines de l’hôpital s’étaient alarmées, lançant leurs cris stridents pour avertir le personnel médical. Mais le colosse scarifié de toutes parts s’était dressé contre la mort glaciale et rampante. Il avait jeté toute son âme lumineuse, son cœur et son corps pour chasser le serviteur de la malemort. Il avait réussi, Bobby n’en savait aucunement, à maintenir un souffle de vie dans le petit corps de l’être le plus important à ses yeux. Il y avait un contrecoup, mais il n’en avait cure. Il avait réussi à s’enfermer dans les toilettes pendant que les docteurs et infirmières  accomplissaient leurs devoirs presque sacrés. L’ange déchu avait connu le baiser glacial et répugnant de la mort et il a fallu presque une journée pour réussir à chasser la couleur de cendre de sa peau et les valises noirâtres sous ses yeux presque éteints par l’expérience.

Le sosie du monstre de Frankenstein s’était fait sermonner par une infirmière pour aller prendre du repos chez lui, de lui laisser la garde de la petite mourante. Plongeant son regard océanique si pur dans l’azur des yeux de la femme, l’être divin avait farfouillé dans son âme. La jeune femme était foncièrement bonne. Rassuré de ne déceler aucune trace de corruption ni d’aura noirâtre démoniaque,  Robert était sorti à l’extérieur, laissant son corps de cauchemar se noyer dans la noirceur rassurante de la nuit. Laissant sa candeur et son instinct de martyr agir par lui-même, il avait soigné un ivrogne endormi. Le vagabond avait une pestilence à une plaie sur son bras dénudé. La pauvre âme tremblait de froid et de fièvre. Un halo de lumière divine, qu’aucun être vivant n’avait remarqué, annonça la fin des souffrances du malheureux. Déposant son manteau de laine de marin sur l’homme recoquillé, le vêtement était si grand que s’était presque une couverture, le colosse s’éloignant à vacillant sur ses jambes. Le sang coulait de son bras maintenant infecté. La fièvre  fut vite combattue par l’organisme prodigieux.

Mais des cris au loin le firent ralentir son pas. Des mots durs, méprisants, furent alors éructés avec malveillances. Le cœur charitable de l’homme qui ressemblait à une gargouille à peine sculptée le fit s’avancer rapidement malgré sa faiblesse passagère. Un trio d’hommes encerclait une jeune femme magnifique habillée assez légèrement. Une scène trop souvent jouée par les êtres immondes et sans scrupules de ce monde de plus en plus chaotique. Robert ne pouvait pas s’en aller comme n’importe qui. Il devait agir. Il fut autrefois un guerrier céleste et la hargne qui l’avait habité autrefois fit surface. Il sortit a lors de l’ombre bienfaitrice de la ruelle pour se retrouver dans une ruelle plus grande, bien éclairer. Son horrible faciès n’était qu’une résolution de marbre. Ses yeux si paisibles brulaient de la fureur latente d’un incendie de rage. Pointant les individus qui ne l’avaient pas vu arriver de son index ayant la circonférence d’une saucisse tel un juge qui condamnait un criminel sans remords, Robert respira bruyamment comme un Minotaure. La voix du colosse couvert de cicatrice claqua comme un coup de tonnerre dans un ciel d’été. Le ton rocailleux, intimidant grinçait comme deux pierres qui s’entrechoquent.

Robert- Vous n’avez pas honte de dire des choses si mauvaises? De harceler une dame de la sorte?

Le géant habillé comme un cheminot des années 40 était à cet instant comme un guerrier fier d’un âge antique, laissant le ruisseau cramoisi couler librement de la plaie à son bras gauche. Montagne de muscles disproportionné et colosse à l’air intransigeant. Véritable golem de chair insensible à la douleur…
Invité
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Sam 25 Fév - 23:33
[abandonné]
Admin

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : Serveuse et professeur de danse
Localisation : Helse Magi
Date d'inscription : 30/05/2016
Messages : 849
Age : 22
Voir le profil de l'utilisateur

_________________


Like a flower made of iron..

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Two Worlds In Pain :: Flood :: Corbeille :: RP abandonnés-