AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|
Le maire de TWIP
MessageSujet: Intrigue n°1 - Libre Jeu 16 Fév - 3:30

Intrigue N°1


" Il fait chaud ! "

Qui dit température élevée, dit risque de malaise élevée. Mais ce ne sont pas tout les malaises qui sont simples à régler .. En effet, les patients du Helse Magi sont eux aussi troublés par la chaleur accablante qui est tombée sur la ville. On a réunit la plupart des patients qui pouvaient être mis en commun dans la salle de détente, mais .. le pire commence. Évanouissements, vomissements, manque d’eau, température corporelle trop élevée ou autre .. On peut dire que plus rien ne va autant chez les vampires que chez les loups-garous ou les autres espèces présentes dans l’hôpital ! Les infirmiers et médecins sont débordés et tout le monde a hâte que cet enfer se termine ! Ces créatures arriveront-elles à supporter leur calvaire jusqu’à ce que la température ne se décide à redescendre ? Ou est-ce que les symptômes de leur espèce leur feront perdre la tête ? Les médecins tiendront-ils le coup ? Vous n’avez qu’à essayez de tenir le coup pendant un après-midi dans l’Helse Magi pour le savoir ...




Emploi : Le maire
Localisation : Mairie d'Oslo
Date d'inscription : 09/05/2016
Messages : 66

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
Admin
Voir le profil de l'utilisateur http://two-worlds-in-pain.forumactif.org
Admin
Liorah Cursse
MessageSujet: Re: Intrigue n°1 - Libre Jeu 16 Fév - 17:49
Des fortes chaleur ont en a déjà vécu mais peut-être pas aussi forte que maintenant. C'est une horreur. C'est presque insoutenable de rester là. Sans parler qu'en plus de la chaleur atmosphérique, les gens autour en dégage tout autant. C'est un four et c'est la folie. Ça n'a jamais été aussi dingue, je crois bien. Les médecins, les infirmiers et infirmières ont l'aire de courir partout et je penses forcément a Aedan qui doit raler. Mes pensées vont aussi vers Eliaz et Artémis, ça doit être pire..même si je crois qu'Eliaz ne craint rien avec le soleil..j'ai encore du mal avec la différence des vampire né et des vampires mordu. Je penses aussi a Magnus qui m'a appelé , juste avant qu'on me face venir ici, il ne sortira pas. Parce qu'il fait vraiment trop chaud et qu'il n'aime pas ça et qu'en plus sa magie fait des choses bizarre. Complétement déréglé. Je n'ai pas beaucoup de force pour la pratiquer mais quand tu essaye de faire voler un crayon et qu'il se transforme en petite mouche..c'est pas particuliérement normal, où quand tu veux déplacé un cadre d'un meuble à l'autre et qu'il devient aussi haut qu'un être humain et laisse échapper des lapins..Je ne préfère pas imaginer Magnus de son côté et encore moins Aedan..lui qui aime gérer les choses..

Pour l'instant, je suis installé a une table de la salle de détente,pour une fois j'ai opté pour un haut débardeur et un pantacour leger, un magasine me sert de ventilateur. Mes poignets commencent a en souffrir du mouvement mais comment faire autrement sinon. A croire que la climatisation de l'hopital est tombé en panne et si c'est le cas , c'est pas malin..
Emploi : pas d'emploi
Date d'inscription : 31/05/2016
Messages : 199
Age : 25

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
Membre en fer
Voir le profil de l'utilisateur
Membre en fer
Maekiel Volkov
MessageSujet: Re: Intrigue n°1 - Libre Lun 20 Fév - 13:22
Le moral est au plus bas… J’ai eu ma deuxième mutation qui est aussi mal passée que la première et je me retrouve de nouveau coincé dans cet hosto avec en plus un corps de nouveau en miette… Je venais tout juste de me sortir de l’autre calvaire qu’en voilà un nouveau… Après la hanche et le genou en vrac. Voici un bras gauche complètement inutile plâtre au-dessus du coude jusqu’au poignet, je peux clairement rien faire avec et en plus se truc tien horriblement chaud ! mon pied droit est difforme en prime… Un vrai calvaire ! Je reste généralement dans ma chambre, j’ai envie de ne voir personne, j’ai un mal de chien à me déplacer alors autant rester au lit…

Seulement voilà les températures de ouf de ses derniers jours rendent tous plus difficile… Surporter un plâtre avec ces températures est un calvaire, sa gratte, ça transpire de ouf, je suis en train de péter un plomb ! Rester coucher est impossible, je trempe mon lit de transpiration sa colle… Supporter le contacte d’un tissu est un enfer. Mon corps boue en plus des températures extérieures intenses, mon corps de loup fait monté la température corporelle encore plus… Je suis mal très mal… Une infirmière décide de m’accompagner à la salle de détente qui est censée être plus fraiche… Je suis vêtu d’un short et d’un débardeur, l’écharpe pour soutenir mon bras me tient chaud elle aussi… Je suis trop mort pour marché l’infirmière m’emmène sur un fauteuil, mais rester assis n’est guère mieux. Je suis installé à une table où des magasins sont empilés, car il faut limité l’usage d’appareil électrique, cela a tendance à réchauffer une pièce en prime !

Alors on meurt de chaud et en plus on est condamné à se faire chier comme des rats morts ! La belle vie… Oui je suis ronchon… Une fille est à la même table que moi, l’infirmière m’a foutu la sans se soucie si cela la dérange.

« Salut, désolé de m’imposer. Si tu préfères, j’essaye de me déplacer ailleurs. »
Emploi : Etudiant en Master
Date d'inscription : 03/06/2016
Messages : 140
Membre en fer
Voir le profil de l'utilisateur
Membre en fer
Malorie Erikson
MessageSujet: Re: Intrigue n°1 - Libre Hier à 22:44
Quand Malou avait quitté le club en pleine nuit elle avait été surprise par la chaleur inhabituelle mais depuis cela n'avait fait qu'empirer au point qu'il lui était devenu impossible de rester dans son camping-car surchauffé.

Suant à grosses gouttes, elle avait fouillé dans la petite penderie pour y dénicher un short léger et un débardeur qu'elle avait enfilé péniblement.
Décidément le corps humain ne valait rien !

Se rendant invisible, elle tenta de se déplacer en direction de la forêt afin d'y retrouver Nounours et l'ombre des arbres mais un phénomène tout à fait inhabituel se produisit: chaque fois qu'elle était dans une zone ensoleillée, il lui était impossible de contrôler sa transparence et tout ou partie des membres réapparaissaient, freinant l'allure, au risque de se faire remarquer par les rares personnes qu'elle croisait.
Inversement, quand elle était à l'ombre, certes elle n'était pas apparente mais c'est la vitesse et la direction qui faisait défaut, la faisant aller n'importe où.

Après s'être payée un poteau au coin du nez et un arbre en plein front, elle décida d'arrêter là les dégâts; jamais elle n'arriverait jusque aux bois dans ces conditions.
Elle regarda autour d'elle et s'aperçut qu'elle était à deux pas de l'hôpital.
« Bon plan ! » songea t-elle, «il y aura la clim, je vais aller y faire un tour ! ».

Reprenant son courage à deux mains, elle se traina jusqu'à l'aile des surnaturels, entra dégoulinante de transpiration dans le hall et là, grosse déception...
Il y faisait aussi chaud que dehors; une vrai étuve.

Qu'importe ! elle n'aurait pas la force d'aller ailleurs; de plus ce pouvait être l'occasion de croiser Nounours qui lui avait raconté être souvent ici pour soulager les malades.
Et puis, peut-être qu'Eliaz était encore de service ? Ou même Eretria ?
Quant à Aedan... Elle espérait juste avoir suffisamment d'énergie pour lui coller un pain !

Cahin-caha, elle arriva jusqu'à une salle de détente dont la porte était entrouverte, frappa timidement et entra.
Là se tenaient deux personnes qui la firent tressaillir de surprise au point qu'elle bégaya:
Euh... Je... Je ne dérange pas ?

La jeune fille était fine, jolie et avait un air gentil, ce qui était rare en ce monde, du point de vue de Malou tout du moins.
Feuilletant un magazine, elle semblait faible au point que son poignet gracile avait du mal à tourner les pages.
Non loin d'elle, un jeune homme, assis dans un fauteuil roulant paraissait souffrir le martyr.
Son bras était plâtré, son pied était dans un état épouvantable et son corps ruisselait de sueur au point que Malou se demanda ce qu'elle pourrait bien faire pour les apaiser tous les deux.

Oubliant son mauvais caractère légendaire, elle avança vers eux et se présenta:
je m'appelle Malou... Et vous ?

Elle était mal à l'aise.
Ok, elle avait chaud mais au moins elle était en bonne santé...
Tout en écoutant les éventuelles réponses, elle retournait son cerveau en tous sens afin de trouver une idée quand tout à coup la lumière jaillit. Pourquoi n'y avait-elle pas pensé plus tôt ?

Déployant légèrement ses ailes d'ange, elle annonça:
je pense que j'ai trouvé de quoi vous apporter un peu de fraîcheur !
Doucement, elle se mit à battre des ailes et une brise légère, agréable envahit la pièce.
Emploi : dessinatrice autodidacte
Localisation : itinérante
Date d'inscription : 04/12/2016
Messages : 211

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
Membre en fer
Voir le profil de l'utilisateur
Membre en fer
Bobby Smith
MessageSujet: Re: Intrigue n°1 - Libre Aujourd'hui à 14:01
C’était par une chaude journée de canicule que le cœur pur rempli de candeur et d’espoir du monstre de foire se fissura. Déchiqueté en lanière sanguinolente, essorée de toute trace d’amour, mis en lambeaux par la souffrance et la tristesse la plus impitoyable qui soit. Robert pleurait à chaudes larmes, chaque parcelle de son corps immense et imparfait n’était qu’une zone douloureuse. Les mains rugueuses et immenses de la lie de l’humanité caressaient sans relâches les joues d’ivoires de la petite enveloppe charnelle désormais vide de son âme céleste. Comme si par ce contact il pouvait réactiver la vie dans le corps de Sandra. Qu’il pourrait déjouer les plans macabres de la Faucheuse ou tout au moins prendre la place de sa fille. C’était inconcevable pour l’ange déchu qu’un enfant meure avant son père. Que la lueur de sa vie soit soufflée si facilement. De nouvelles plaies, sillons sanglants, s’étaient formées sur la chaire sanctifiée de l’erreur de la nature. Bobby avait bercé le petit corps frêle avec l’énergie du désespoir, plongeant dans ses ressources et fragmentant son âme immortelle à la recherche d’une nouvelle rédemption curative. Il était à doigt doigts de la mort, de la fin définitive pour sauver celle qui chérissait par-dessus tout. L’ange déchu avait maudit le paradis, les enfers et tous les plans d’existences de lui ravir sa seule lueur d’espoir dans ce monde chaotique et en perdition. Le colosse balafré prit avec douceur et tendresse le drap mortuaire pour recouvrir la dépouille du demi-ange, de la deva. Un membre du personnel médical assura la chose qu’il s’occuperait du corps, que le mineur devrait sortir.

Dans un premier temps, le sosie de Frankenstein refusa de quitter Sandra. Il enserra tendrement, d’une douceur infinie et pure, le petit corps. Les larmes se transformèrent en torrents salés. Deux hommes en uniformes du centre hospitalier arrivèrent et les trois purent escorter le golem de chair à l’extérieur de la chambre aux mille tourments. Les épaules effondrées, le pas trainant et la tête en berne de la chose étaient tristes à voir. Le teint habituellement bronzé et en santé était devenu cendreux. Sa chemise de coton portait les traces de son combat contre la mort, lui qui avait accepté en martyr de recevoir les pires blessures pour permettre au petit cœur de sa fille adoré de battre de nouveau. Le contour des yeux de l’homme difforme était cerner et les lèvres exsangues crevasser par la soif. En vérité l’ange déchu avait traversé l’enfer et perdu une partie de son âme dans le procéder. Sans s’en rendre compte, à bout de force, il se rendit dans une zone de l’étage qu’il n’avait jamais visité. Montre de foire et difforme comme il était, Robert évitait les groupes et les salles communes. Mais à cet instant précis il s’en foutait complètement. Des voix hautaines, blessantes, labourèrent le dos de la chose avec leurs mots mesquins et leurs langues tranchantes. Mais le golem de chair couvert de cicatrices immondes n’entendit aucun des commentaires abjects.

Le pas gauche, trainant de l’ange déchu l’amena vers une zone de pénombre et avec lassitude il s’assit lourdement sur un fauteuil. La tête en vrac, les idées suicidaires et noires se succédèrent dans l’esprit pathétique de l’être tourmenter. Il n’était bon à rien, ne pouvant même pas empêcher la mort de deux êtres exceptionnels de se produire. Il devrait être balayé de la surface de la tête, oublié dans le tourbillon de l’indifférence collective…
Emploi : Mineur, portier, Bucheron et homme à tout faire
Localisation : Ville et le bois tout près
Date d'inscription : 02/09/2016
Messages : 276
Age : 39

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
Membre en fer
Voir le profil de l'utilisateur
Membre en fer
Intrigue n°1 - Libre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le CF approuve le message sur le libre choix du décodeur
» [REQUETE][RESOLU] Mode Haut-parleur main-libre ou mode normal grâce au proximity sensor
» [recherche] kit main libre intra auriculaire htc desire
» Un petit pokémon perdu [Libre]
» Système main libre pour auto

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Two Worlds In Pain :: The Helse Magi :: Aile des surnaturels :: Espaces détentes-
Sauter vers: