AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

accrochage inattendu fructueux ( avec Malorie Erikson )

 :: Notre belle Capitale :: Les beaux quartiers :: Habitations Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 2 Mar - 15:41
J’en peux vraiment plus de cette chaleur intense , c’est le matin et pourtant il y’a déjà un soleil de plomb, là juste sur nos têtes . Il fait tellement chaud que j’en arrive à me mettre en retard. La moindre tâche devient difficile , rien que de devoir m’habiller est dure. Ca serait tellement plus simple de vivre nu , après tout pourquoi mettre des vêtements quand il fait trop chaud comme là , c’est absurde. Bref, j’enfile tout de même un short et un tee shirt en deux deux, prenant bien soin de mettre ma tenue professionnelle, impeccablement repassée sur cintre , et décolle immédiatement de chez moi.
D’une allure pressée, et sans être attentif à ce qui se passait autour de moi, voilà que je percute brutalement une nana la faisant elle aussi trébuchée.

-«  Pardonnez moi Madame, je ne regardais pas où j’allais. Je ne suis pas en avance pour le travail et à cause de cette chaleur matinale, je suis tout étourdi. Je ne vous ai pas fait mal j’espère ? Que puis-je faire pour me faire pardonner ? »

L’aidant à se relever , une drôle d’impression me vient, je sens comme une certaine divinité chez elle peut être lié au fait que je sois sorcier , je vais bien voir si ça se confirme en discutant avec elle …
Membre en fer

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : Psychologue au HM
Localisation : oslo
Date d'inscription : 16/08/2016
Messages : 135
Age : 26
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 4 Mar - 18:43
C'était le matin mais déjà la chaleur promettait d'être écrasante. Pas un souffle d'air et la rosée s'était évaporée avant de tomber au sol.
Le paysage lui-même semblait s'être immobilisé comme traumatisé par le choc thermique et les rares personnes qu'elle croisait marchaient au ralenti, murmurant à peine un bonjour, peu enclines à entamer une conversation qui aurait eu raison de leurs dernières forces.
Seuls quelques gamins, imperturbables jouaient au ballon sous l'oeil mi-clos d'un chien allongé de tout son long sur le bitume, langue pendante.

Malou marchait au hasard des rues.
Lesquelles ? Elle n'en avait aucune idée et s'en fichait royalement, elle avait d'autres choses en tête.
Elle commençait à entrevoir avec intérêt son rôle en ce monde.
Yahvé lui avait beaucoup « parlé » ces derniers temps et avait commencé à l'initier aux Mystères qu'il avait dû occulter jusque là, à cause de son immaturité.
Elle qui pensait être condamnée à devenir la nunuche de service dégoulinante de bonté à en gerber, à devoir déblatérer durant l'éternité des bondieuseries comme les grenouilles de bénitier avec la bouche en cul de poule plus mielleuse qu'un loukoum, elle s'était bien fourré le doigt dans l'oeil et jubilait à présent de son erreur.
Son job, commençait même à lui plaire sérieusement.

Elle tourna à gauche et se retrouva dans les beaux quartiers où s'alignaient des maisons et demeures à étages, toutes plus cossues les unes que les autres.
Elle était vêtue d'un simple short en jean coupé court, effiloché, d'un tee-shirt gris souris et de chaussures noires style doc Martens qui lui donnaient un air androgyne et maigre d'adolescente branchée avoisinant à peine les 15 ans.
Son sac à dos noir dont elle ne séparait jamais pendouillait négligemment, une lanière seulement coincée sur son épaule.

Arrivant à hauteur d'une habitation splendide mais à l'aspect plus sombre que les autres, le nez au sol, plongée dans ses rêveries, elle ne vit pas l'homme qui déboulait comme un damné dans la rue calme.
Le choc fut violent et Malou ne put s'empêcher de lâcher un petit cri avant de reprendre son équilibre.
Tu peux pas faire attention où tu vas Ducon ? Lança t-elle en plantant son regard froid dans celui de la personne qu'elle avait devant elle.

Elle eut à peine le temps de le dévisager qu'il lui servit sur un plateau du « pardonnez-moi madame » et ragnani et ragnana.
« Madame ??? » souligna t-elle pour elle-même, surprise, « alors là ce plan on me l'avait encore jamais fait !!! il est carrément débile ce gus ou quoi ? »
Jaugeant de pied en cape l'individu, son point de vue se précisa:
Normal ! Elle avait affaire à un adulte, vieux en plus: il avait plein de rides sur le front.
Des cons comme ça elle en avait déjà croisé un paquet mais alors celui-ci dépassait tout entendement avec son allure de bellâtre même pas latino, ses joues mal rasées et son short de premier de la classe.

Juste histoire de l'emmerder un peu elle ajouta:
t'as même pas vu que j'étais enceinte, tu aurais pu tuer mon bébé avec une fausse-couche !
Quitte à passer pour une dame, autant se la jouer à fond, non ?
De toutes façons, il était impossible à ce nase de deviner qu'elle était un ange, seuls les démons et les anges eux-même pouvaient se voir entre eux; elle pouvait donc en profiter.

Malheureusement pour elle, l'homme lui saisit la main pour l'aider à se redresser et reçut la décharge de sérénité, de bien-être et d'amour caractéristique de son pouvoir.
Furieuse, la jeune fille vociféra en reprenant le vouvoiement pour une bonne mise à distance:
NE ME TOUCHEZ PAS !!!
qui vous permet ?


A présent bien droite sur ses deux pieds, bras croisés, l'air mauvais et menton plein de défi elle ajouta:
tu veux savoir ce que tu peux faire pour te faire pardonner duchmolle ?
Et bien dégage ! Casse-toi pôv' mec !


Sur ce elle pivota sur ses talons et reprit sa route sans plus un regard pour l'individu.
Membre en fer

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : dessinatrice autodidacte
Localisation : itinérante
Date d'inscription : 04/12/2016
Messages : 266
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 5 Mar - 16:44
Mais c’est quoi cette nana là sérieusement ! Non seulement j’essaye d’être gentil avec elle alors qu’en principe je l’aurai laissé planter là mais en plus de ça elle m’envoie balader et à plusieurs reprises et en plus en m’insultant de Ducon ou de pauvre mec ! Ah ça non, jamais personne ne parlera comme ça à Peter Black sans avoir le retour du bâton et plus encore.
En plus de ça, elle est lâche, après m’avoir craché son venin , elle se barre , sans même me laisser le temps de réagir , toi je vais te faire passer un mauvais quart d’heure sérieusement . Elle m’annonce alors qu’elle est enceinte ?? Enceinte sérieusement ? Bah non je ne l’avais pas remarqué, à coup sûre c’est une connerie qu’elle m’a raconté pour aggraver soit disant mon cas …
Si mes soupçons et ce que j’ai ressenti est vrai en la touchant , il pouvait bien s’agir d’un ange , et si elle n’est pas encore déche avec son fichu caractère il y’a des choses qu’elle ne peut pas se permettre , autant jouer la dessus …

Comment faire pour arrêter cette lâche qui est entrain de fuir ? Une seule solution : la menacer de révéler son secret en hurlant ? Elle voulait me faire un coup de théâtre j’allais lui faire de même. Elle ne sait vraiment pas sur qui elle est tombée elle …

«  Je vous interdit de vous défiler comme ça , je voulais uniquement vous aidez , vous croyez vraiment que je mérite que vous m’insultiez comme ça ? » lui cria afin qu’elle l’entende , après tout si c’est vraiment un ange , elle ne pourra pas aller au bout de ses méchancetés …
Ne la voyant pas forcément réagir j’ajoute alors :

«  Je suis psychologue à l’hopital qui ne se trouve pas loin de là , je me suis permis d’appeler les secours , craignant que vous ayiez un souci avec votre bébé »
Attendant une réaction de sa part , je la suis à toute hâte afin que l’écart qu’elle avait mit entre elle et moi se réduise … Et puis on ne sait jamais , ange tarée qu’elle peut être , elle a sans doute réellement besoin d’un psy …

Non je ne m’arrêterai pas à ses stupides réactions, cette nana quelque peu agressive me sera d’une grande utilité si mes soupçons sont bons .
Si vraiment elle n’a aucune réaction ou qu’elle continue de me répondre comme elle a pu le faire , elle va savoir de quoi un Black est capable de faire !
Membre en fer

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : Psychologue au HM
Localisation : oslo
Date d'inscription : 16/08/2016
Messages : 135
Age : 26
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 5 Mar - 20:06
Malou allait bon train, elle avait autre chose à faire qu'à palabrer avec un débile mental.
De toutes façons, elle ne le sentait pas ce mec, il était louche et Yahvé lui avait dit qu'elle avait un talent inné pour repérer la mauvaise engeance, qu'il lui faisait une confiance absolue car il était largement temps de purifier ce monde de plus en plus diabolique.

Le message n'était pas tombé dans l'oreille d'une sourde !
Elle s'acquitterait de son travail avec zèle et avait également promis de protéger les bons et les faibles avec la même fougue; pas de problème, elle avait déjà proposé ses services, certains pouvaient l'appeler de jour comme de nuit, elle serait là pour les protéger avec une joie profonde mais en ce qui concernait ce gros con de bourgeois de ses fesses, il pouvait toujours courir !

N'était-ce d'ailleurs pas ce qu'il était en train de faire le petit toutou à sa mémère ???
« Non mais c'est pas possible, je ne vais jamais pouvoir m'en défaire, c'est un pervers sexuel ou quoi ? » se demanda t-elle mentalement tout en stoppant net: il avait dit quoi là ?
« Il a dit « je vous interdit... » à moi Malou, non mais il se prend pour qui ? »

Il n'en fallait pas plus pour échauffer le petit soldat de Dieu.
Se retournant lentement, elle le fusilla d'un regard aussi dur que la glace et lui lança sur un ton implacable:
mon petit bonhomme, pour ta gouverne sache que celui qui m'interdira quelque chose n'est pas encore né, ok ?
Elle laissa un temps de silence afin que l'homme accuse le coup et poursuivit:
je ne t'ai surtout pas demandé de m'aider pour la simple raison qu'en général c'est moi qui aide ici et on dirait bien que c'est toi qui va avoir besoin de mes services un de ces jours...

Sans ciller, sans baisser un seul instant son regard d'acier où aucun sentiment ne pouvait se lire elle conclut:
et je t'appelle Ducon-Duchmolle parce que tu m'appelles madame.
Cela veut dire que tu n'as même pas prit la peine de poser ton regard sur moi.
Aussi parce que tu ne t'es même pas présenté avant de m'adresser la parole et parce que tu sais que je suis un ange mais tu joues à celui qui n'a rien deviné.... Et avec tout ça, tu voudrais que te prenne pour un gus intelligent ?


C'est alors qu'il lui annonça une chose qui la fit écarquiller les yeux de surprise avant de partir dans un grand éclat de rire.
Quand enfin elle fut remise de son hilarité, elle répondit entre deux hoquets:
Toi ? Psy dans cet hôpital d'incapables ? Je comprends mieux maintenant ! Et ils ne sont pas prêts d'arriver tes secours avec tous ces branquignoles !

Qui était cet individu ? Était-il vraiment stupide ou jouait-il la comédie ?
La jeune fille commençait à avoir des doutes d'autant que s'il avait compris qu'elle était un ange en la touchant, c'est qu'il était autre chose qu'un humain car les humains n'avaient pas la conscience suffisamment développée pour appréhender cet état de fait aussi rapidement.
Pleine de méfiance elle plissa des yeux et dit:
Tu m'a bien regardé ou te fous de ma gueule Herr Sigmund Freud ?

Si enfin le trentenaire se décidait à l'observer, il pourrait voir une adolescente d'à peine 1,56m maigre à un tel point qu'elle n'était pas formée et semblait impubère.
En réalité elle avait 18 ans mais cela ne se voyait pas car elle souffrait d'anorexie sévère.
Ses jambes ressemblaient à deux bâtons, sa poitrine et son torse étaient plus plats qu'une limande.

… Laisse tomber le bébé, l'aveugle, y' en a pas. Où aurais-je pu le mettre, d'ailleurs ? annonça t-elle froidement en montrant son ventre creux.
Je suis allée plusieurs fois à l'hôpital mais chaque fois tu n'y étais pas, poursuivit-elle.
Mössieur était las, mössieur était absent, mössieur avait pris des vacances pile poil au moment où plein de patients avaient besoin de sa présence... Belle conscience professionnelle, n'est-ce pas ?!

Malou avait beaucoup parlé; ce n'était pas son habitude aussi montra t-elle qu'à présent la conversation était close:
à l'hosto je voulais te parler de flashs qui encombrent mon esprit; à la place j'ai eu affaire à une étudiante en médecine qui ne comprenait rien à ce que je lui racontais.
Maintenant c'est trop tard, t'as raté l'occase mec; salut.


Elle s'apprétait à repartir quand tout à coup elle se retourna et annonça:
ah... Je m'appelle Malou.
Sur ce, elle reprit son chemin.
Membre en fer

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : dessinatrice autodidacte
Localisation : itinérante
Date d'inscription : 04/12/2016
Messages : 266
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 28 Mar - 19:59
- '' Je ne vous ai pas permis de me tutoyer , en soi ça ne me dérangerait pas mais pas avec le ton que vous prenez depuis notre altercation accidentelle . "
C'est la première fois que je vois ça , d'après ce qu'elle me dit et ce que j'ai pu sentir en la touchant , il s'agit bien d'un ange . Comment un ange pourrait parler de la sorte ou insulter quelqu'un comme elle le fait avec moi , sans risquer d'être déchue ...Elle a forcément des limites à ne pas franchir que lui dicte son Dieu . Un coup de manipulation va , peut être , être plus que nécessaire ...

-" J'ai uniquement tenté de m'excuser de vous avoir heurté, je ne vois pas le mal que ce pourrait être. Pensez vous réellement que ma réaction mérite que vous m'insultiez et me parliez de la sorte ? J'ai bien conscience que ça n'a pas été agréable que je vous bouscule de la sorte mais pas au point d'en arriver là. "

Qu'est ce qu'elle peut me gonfler elle avec ses allures de " je suis intouchable " faut vraiment qu'elle s'arrête, à force, projet ou pas je vais péter un cable  ... Elle ne veut pas que je l'appelle madame ? ok pas de souci , mais faudrait que je l'appelle ducon-duchmolle comme elle ? C'est pas comme ça que je vais y arriver ...
Entendant les secours arrivés alors qu'elle vient de me dire que ces "branquignoles" n'arriveraient jamais je ne pu m'empêcher de lui dire :

- " Ces branquignoles, comme vous le dites, sont entrain d'arriver comme vous pouvez l'entendre. Oui je sais que vous êtes un ange mais pour ne pas vous mettre dans l'embarras si vous ne vouliez pas que ça se sache j'ai préféré garder cette information pour moi . Que vous le compreniez ou non , je ne suis pas là pour vous posez des problèmes. Vous qui avez l'habitude d'aider autrui vous devez bien comprendre ça. "

Encore un coup de manipulation où chaque mot est pesé sans vouloir que ça se voit  , pas le choix avec ce genre d'individus . Vu sa manière de tout prendre mal et d'être une véritable peste malgré son rang d'ange , il vaut mieux que je sois calme et rusé ... Elle me prend pour un con certes , c'est pas pour autant que je le suis . Sa pseudo grossesse on ne peut pas dire que j'y ai cru , voilà qu'elle m'annonce que c'était un mensonge . Non sans blague , vu sa maigreur et son jeune âge, ça se serait vu ...

-" Vous auriez très bien pu être en début de grossesse , ce qui ne serait pas vu sur vous . Je me suis tout bonnement dit que vu qu'un ange ne peut mentir , vous me disiez la vérité . Je dois vous avouer que ça m'étonne qu'un être aussi pure que vous , puissiez mentir et parler de la sorte. "

Voyant les secours arrivés , je fis en sorte qu'elle ne parte pas , d'après ce qu'elle dit elle a déjà demandé un suivi psychiatrique ( en même temps , elle en a bien besoin ... )

" Je suis arrivé il y'a peu à l'hôpital donc il ne s'agissait pas de moi , ce qui explique que nous nous sommes jamais vu ... Vous me jugez là aussi trop rapidement mais je ne peux pas vous en vouloir. Je fais mon maximum pour m'occuper de chaques patients comme il se doit. "

Voyant qu'elle s'apprête à partir , et m'annonçant qu'elle s'appelle Malou l'ambulance est là , je demande aux infirmiers directement de la prendre en charge, les connaissant déjà je leur dit alors d'un ton bas pour ne pas que cette "Malou'' m'entende :

-"  Je suis inquiet pour cette jeune femme , je sais qu'il n'y a pas de raison apparente de lui faire des examens, mais je viens de la bousculer sans l'avoir vu, il faudrait quand même la surveiller un petit peu pour être certain que tout va bien." prenant prétexte de son état d'énervement , pouvant lui poser des problèmes, ça va me permettre de continuer un petit peu cette conversation.

-" Désolé Malou il va falloir que vous suiviez ces messieurs , c'est obligatoire après une telle situation pour surveiller qu'il n'y a pas de séquelles, je peux vous accompagner durant le trajet si vous le voulez , je peux peut être vous aidez étant psychiatre comme vous le savez, je suis là pour vous écouter quand vous le voudrez. Désolé de ne pas vous l'avoir dit avant : Je m'appelle Peter Black , vous pourrez me retrouver à l'hôpital quand vous en sentirez le besoin. "
Membre en fer

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : Psychologue au HM
Localisation : oslo
Date d'inscription : 16/08/2016
Messages : 135
Age : 26
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 5 Avr - 22:20
Malou était toute décontenancée.
Non seulement l'homme usait des bons arguments pour démontrer que sa réaction avait été exagérée par rapport à la situation mais en plus, sous son crâne, Yahvé la sermonnait à qui mieux mieux.
Il se disait affreusement déçu et la traitait de misérable, dans son jargon divin, de ne pas encore savoir jauger quand elle devait user de son caractère abrupt, salvateur et juste dans certaine circonstances, intolérable dans d'autres.
Il lui reprochait également d'avoir menti; tout comme le type d'ailleurs. Un ange ne devait jamais mentir sous peine d'être déchu. Autant dire que c'était le dernier avertissement avant la sanction fatale.
Là-dessus, il avait quitté son esprit à grand fracas, la laissant seule avec l'individu qui la débecquetait au plus haut point.

Pourquoi avait-il fallu qu'elle le rencontre, là dans cette rue, plutôt qu'un autre ? Et pourquoi ce dieu lui avait-il imposé un état angélique à elle qui n'avait aucun point commun avec ce genre de race ?
Tout cela était vraiment injuste, d'autant plus qu'elle sentait le poids de la volonté divine envahir progressivement tout son être.
Petit à petit elle perdait sa liberté, ses jugements personnels; elle était manipulée, comme hypnotisée, pire, lobotomisée jour après jour par ce Maître qu'il lui faudrait servir comme Nounours l'avait avant elle, comme d'autres le feraient après.
Elle allait devenir le bon petit soldat de Dieu et Malou, l'adolescente rachitique, mal aimable serait définitivement effacée comme qui passerait un coup de chiffon sur un dessin à la craie d'un tableau noir.

Piégée. Elle était piégée de manière irréductible et un frisson d'horreur lui parcourut l'échine malgré la chaleur qui montait progressivement en température.
A quoi lui servait-il de vivre si c'était pour devenir la marionnette de Yahvé ?
Qu'elle le veuille ou non, elle allait devoir devenir bonne, dégoulinante de miel, suave comme un loukoum et molle comme une guimauve.
Dans un soupir à fendre l'âme du plus endurci, elle se tourna à nouveau vers l'homme qui s'étant présenté comme étant un certain Peter Black et annonça d'un ton sans joie:

C'est bon, je suis calme à présent, tu peux dire aux ambulanciers que tu n'as plus besoin d'eux; on va marcher jusqu'à l'hôpital, tu sais bien que je n'ai rien et je sais que tu n'es pas en retard.

Malheureusement le psychologue insistait auprès des infirmiers et Malou fut alpaguée puis poussée presque de force dans le véhicule tandis que Peter tentait vainement de la convaincre que le processus était obligatoire.
Devait-elle lutter contre ce nouvel abus de pouvoir ?
Non.
Elle était lasse.
Elle en avait ras le bol de cette vie de merde où le moindre de ses mots pourrait être mal interprété par Yahvé qui en profiterait pour lui arracher les ailes sans anesthésie alors elle se laissa glisser sur le brancard et lança à l'homme qui lui demandait si elle voulait être accompagnée:
faites comme vous voulez, je m'en fous...
De toutes façons, elle ne resterait pas longtemps dans la camionnette; il était hors de question qu'elle remette les pieds dans cet hôpital peuplé d'incapables.
Membre en fer

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : dessinatrice autodidacte
Localisation : itinérante
Date d'inscription : 04/12/2016
Messages : 266
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Two Worlds In Pain :: Notre belle Capitale :: Les beaux quartiers :: Habitations-