AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

« Vous avez peut-être mauvais caractère, mais vous êtes mignon! Ça compense, vous ne trouvez pas? » [Aedan]

 :: Flood :: Corbeille :: RP terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 11 Juin - 2:15

« Vous avez peut-être mauvais caractère, mais vous êtes mignon! »


Je me suis promis de ne me priver d'aucune beauté.




S’il y avait bien une chose dont Jace était certain, c’était que la partie « fermée » de l’hôpital n’était pas réellement fermée. Quand tu passes la moitié de ta petite vie entre les murs de cet hôpital, tu apprends vite à explorer chaque recoin, à comprendre ce qui ce passe et… sincèrement, quand tu as du temps à perd, tu visites. Et Jace, il y a visité pas mal tous les recoins qu’il lui est possible de visiter depuis ses trois années où il est à Helse Magi. Et une chose dont il est certain désormais : Ces lieux sont plus vastes que ce que ose dire le directeur. Directeur que, je tiens à préciser, Jace a très peu vu. C’est pas qu’il fait un peu peur, mais… Oui, voilà, il fait peur. Heureusement encore que ce n’est pas un infirmier, parce que sinon Jace ne ce ferait décidément pas soigné ici. Non, heureusement, la plupart des infirmiers, des médecins ou de tout autre personnel de cet hôpital sont gentils. Ou du moins plaisant à regarder (Mh? Quoi? Jace ce devait bien de profiter des beautés de ce monde, le temps qu’il était encore en vie. Il n’allait pas ce priver de regarder une belle personne.) Bref, depuis un moment déjà, environ quelques semaines, Jace c’était mit en tête de tout faire pour trouver ce que cachait Helse Magi. Quand votre vie est raccourcis de plusieurs années, vous n’attendez pas que les raisons, les réponses viennent à vous : Vous allez les chercher.

Et c’était bien ce que Curtis voulait faire. Sauf que, vous voyez, les gens de cet édifice ne voulaient pas tant qu’il découvre le secret qui entourait Helse Magi. Donc faire une enquête était plutôt difficile. Rajouté à ça le fait que son corps n’aimait pas trop le sport supplémentaire que cela rajouté (le fait de chercher des indices)  et le fait que sa maladie s’empirait de jour en jour (ce qui était normal), difficile d’essayer de trouver ce qui clochait avec cet hôpital. Mais il ne voulait pas abandonner de sitôt, non, non! Il allait tout faire pour trouver.

Il se redressa lentement pour faire face au miroir, dans la petite salle de bain jointe à sa chambre d’hôpital. Il était super pâle. Enfin dans un certain sens, il était déjà pâle au quotidien, mais là, il l’était encore plus. Jace leva ses mains et vient se claquer un peu les joues pour se réveiller, soupirant lentement. Il avait tellement mal au ventre… Il détourna lentement les talons pour aller rejoindre sa chambre, s’assoyant sur son lit. Demander des informations aux infirmiers et infirmières seraient trop simple : Personne ne voudrait rien lui dire. Même chose pour le personnel en faite. Il y avait toujours les patients, mais… Est-ce que tous les patients étaient au courant de cette zone? Tant de questions sans réponse. Jace voulait des réponses. Bon. Quand il faut y aller, il faut y aller, et sinon, le personnel le retournerait dans sa chambre, eh? Eh ouais.

Jace ce leva lentement, essayant d’ignorer son corps qui lui criait de rester assit le temps qu’un infirmier arrive pour ses médicaments. Il posa sa main sur la poignet de la porte, en même temps que celle-ci était tourné. Il n’eu le temps que de penser à « Eh? » avant que la porte ne s’ouvre. Et une porte dans le visage, est une! Il n’y avait qu’à Jace que ça arrivé ces truc-là, décidément. En plus, il était certain que l’infirmier avait frappé avant et que, pris dans ses pensées, il n’avait simplement pas entendu. Doué, le Jace. Il gémit un peu en passant sa main sur son visage, relevant la tête vers Aedan Cursse.

Depuis le temps qu’il était dans cet hôpital, il avait apprit à connaitre le personnel, dont le charmant Aedan. On ne pouvait pas le qualifier de gentil. Ni d’extrêmement patient. Mais il faisait bien son travail. Et il était assez bien bâti. Fallait le dire, lui, il était plaisant à regarder.

« Uhm… Bonjour! », dit Jace en essayant de reprendre une voix normal, malgré que, il était certain, il allait avoir un beau bleu sur le nez.


Code by Joy
Membre en fer

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Localisation : Dans l'Hôpital Helse Magi
Date d'inscription : 09/06/2017
Messages : 190
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 20 Juin - 20:56


Je suis un sorcier, je suis donc naturellement beaucoup plus coller au côté surnaturel de l'hôpital, tout simplement parce que mais sors et mon pouvoir peut-être pratique pour certaines créatures un peu réticente. C’est ce qui m’a carrément sauvé la vie avec le loup-garou qui a une espèce de rage incontrôlée et qui a voulu faire de moi soit son quatre heures, soit son confrère, dans tous les cas aucunes des deux solutions ne me plaisaient !

Tout ça pour dire qu'aujourd'hui on m’a collé avec les humains, tout ce qu’il y a de plus banal, de plus… Ennuyant aussi ! Autant le dire, lorsqu’on connaît le côté adrénaline du côté surnaturel, peu de chose ne semble pas ennuyante après. Mais je ne vais pas me plaindre non plus, la clim est activé de l’autre côté et avec cette énorme chaleur il vaut mieux sinon je risquerais de ne pas savoir me maitriser.

Il y a un autre côté à ce côté c’est que comme je n’y viens pas souvent, je n’ai pas besoin de mettre le paquet pour paraître de mauvaise humeur, une fois, bien forte et ça les traumatise d’entrée, ce n’est pas comme ceux que je croise tous les jours où je dois encore et encore, jour après jour, jouer et garder ce masque.

Là je dois aller donner les cachets aux patients et m’assurer que tout va bien, après un petit tour de chambre, j’arrive à une nouvelle porte à laquelle je toque avant d’entrée, sauf que c’est un « boum » qui me répond et la porte qui ne bouge pas trop puisqu’elle rencontre un obstacle. Je fronce les sourcils et entre complètement dans la chambre avant de boire le patient se tenir le nez.

-Mais ce n'est pas vrai ! Vous êtes sourd ou quoi ?!

Je pose alors les cachets que j’avais dans la main sur une espèce de petite table sur roulettes que tous les patients ont et je dégage sa main sans douceur pour vérifier son nez, avec un peu plus de délicatesse. Je suis un « méchant » d’apparence, mais je suis un bon dans mon métier.
Fonda et admin

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : Infirmier
Date d'inscription : 30/05/2016
Messages : 1451
Voir le profil de l'utilisateur

_________________

J'ai laissé au fil du temps mourir, mon innocence
S'enfuir les souvenirs de mon enfance, je sais ce que la vie a fait de moi

Et le temps défile sans me laisser, la moindre chance
Dans l'indifférence, je suis ce que la vie a fait de moi
Revenir en haut Aller en bas
Mer 21 Juin - 0:33

« Vous avez peut-être mauvais caractère, mais vous êtes mignon! »


Je me suis promis de ne me priver d'aucune beauté.




Vous savez ce qui est bien avec cet hôpital? La majorité des médecins ou des infirmiers (ou infirmières et médecines) sont très très compétents en plus d’être plaisant à regarder. Ils sont qualifier dans tout les domaines et Jace n’a jamais eu à sa plaindre, depuis son arrivé, de manque de personnel ou de soins. C’est un hôpital réputé et qui a fait nettement ses preuves. Ils sont surdoués, sans exagération. Et le meilleur dans tout ça, c’est que Aedan Cursse est un des plus compétents, selon Jace. Il l’a rarement eu, il le voyait plus souvent de loin. Comme s’il s’intéressait plus à l’aile interdite ou l’aile privée… Bref, l’aile que Jace n’avait pas accès à y aller. Mais dans les rares moments où Cursse était celui qui lui apportait ses médicaments, il en était heureux. Bon, on ne pouvait pas dire que niveau caractère, il était des plus sympathiques, loin de là même, mais niveau médical… Il était très doué. Et plaisant à regarder. Jace était du genre à tourner autour du pot et avouer très difficilement quand quelqu’un lui plaisait, mais dans sa tête, il le pouvait bien, non? Personne n’avait encore la compétence pour lire dans les pensées?

Enfin il l’espérait, hein? Ça n’existait pas ça, des gens capable de lire dans les pensées? Sinon il était… foutu. Mort et enterré 12 fois, si je ne m’abuse, car il en serait mort de honte. Trouver son médecin (Enfin un des médecins…) attirant, c’était surtout avoir la honte. Heureusement, il arrivait bien à sa maintenir et sa timidité ne lui faisait pas des mauvais tours comme rougir à n’importe quel moment. Et encore une fois, il espérait que cela le reste ainsi.

Bref, bien entendu, la fois où Jace voulait tant sortir, ça devait être cette fois-là où le magnifique médecin, après avoir cogné et que Jace avait fait le sourd, devant rentré. Bravo, Jace, bravo. Tu gagnes des points avec ce médecin, vraiment. Misère. Jace avait l’impression que chaque personne qu’il trouvait attirant, il devait se prendre la honte devant eux. Comme si ça ne suffisait pas que ce soit un médecin…

Jace dégagea ses mains rapidement, laissant le médecin examiner son nez en gémissant un peu.

« J’étais perdu dans mes pensées… », dit lentement Jace en regardant ailleurs pour ne pas non plus trop regarder de proche Aedan, parce que là, c’était garanti qu’il allait en rougir. « Désolé. »

Jace ferma les yeux un moment en soupirant lentement. Reste debout trop longtemps l’épuisé rapidement, et c’est pour ça que son physiothérapeute lui recommandait beaucoup d’exercices. Dû à sa maladie, son corps s’épuisait facilement, et son mal pouvait donc revenir plus facilement s’il ne faisait pas un peu de sport pour améliorer l’espérance de ces poumons. Dû à sa maladie, ses poumons étaient de plus en plus affecté plus les années avancés, et donc, bien entendu, les poumons affectés la respiration, et l’entrainement physique devenait difficile. Jace finit par se reculer lentement du médecin, s’appuyant sur son lit en toussotant un peu, détournant la tête. Il releva par la suite la tête pour croiser le regard de Cursse, souriant. C’est que… Il était vraiment séduisant.

« Je vais bien… Vous m’apportez mes médicaments? »

Il regarda les petits boites de médicaments du regard, avant de se redresser en souriant.

« On vous voit pas souvent ici. Je veux dire, d'habitude, vous êtes pas plutôt... de l'autre côté? Cet aile étrange où on peux pas aller... »

Code by Joy
Membre en fer

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Localisation : Dans l'Hôpital Helse Magi
Date d'inscription : 09/06/2017
Messages : 190
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 28 Juin - 16:17


Cet hôpital était une chance unique. C’était un cas unique aussi, peu s’occupaient de cas surnaturel comme celui-ci et il était l’un des seuls existant tout simplement de cette planète c’est pour ça que beaucoup de gens venus des quatre coins du monde arrivaient dans cette ville, pas si paumé que ça, mais un peu et logeait ici pour avoir la chance d’être soigné au Helse Magi. Nom qu’il portait à ravir, les humains devaient simplement penser que c’était parce que l’hôpital était magique et qu’il soignait beaucoup de cas rare et grave, mais il y avait un large double sens dans son nom.

Tout ça pour dire que cet hôpital, bien que tenu par deux gros connards, était une occasion unique pour apprendre. Par exemple, moi j’adorais être ici, même si je ne le montrais pas. J’aimais mon métier et ça me passionnait, seulement mon masque m’empêchait de montrer quoique se soit si ce n’est de la froideur et rien d’autre ! Bref tout ça pour dire qu’aujourd’hui j’étais assigné à la partie la moins marrante et la plus chiante de cet incroyable hôpital : les humains.

Après un petit tour, j’arrive dans une des dernières chambres et tout allait très bien se dérouler, j’aurais simplement déposé les cachets, je serais repartie et j’aurais continue ma vie de manière plus trépidante, mais non ! Il fallait que cet abrutit d’humain se foute derrière la porte et se la prenne en pleine tête ! Putain, mais ce n'est pas vrai ! Je ne tombe vraiment que sur des cas moi ! Je soupire et dans un geste énervé repousse sa main pour vérifier son nez qui saignait et qui commençais déjà à prendre de belle couleur.

-Il faut être sacrément con pour se perdre derrière une porte.

Je marmonne un peu, mais je n'ai rien à foutre au final s’il l’entend. En le voyant perdre quelques couleurs je lui demande de s’asseoir sur son lit le temps que j’allais chercher de quoi le soigner.

-Oui j’apportais ça et je devais m’en aller après, mais non il a fallu qu’un abrutît se mette derrière une porte pour rallonger mon service…

Grognon je vais pour sortir lorsqu’il fait une remarque sur ma présence rare de ce côté de l’hôpital, je me tourne un peu vers lui et lui jette un simple regard.

-Si je suis de l’autre côté.

Je ne dirais rien de plus, rien de moins. Je sors rapidement et lorsque je reviens c’est avec de quoi soigner son nez. Je me rapproche d’ailleurs de lui histoire de lui faire stopper le sang qui coule pour commencer. Concentré sur son visage, je ne parle plus, mes traies sont moins froncées, puisque je me concentre pour bien faire mon job.
Fonda et admin

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : Infirmier
Date d'inscription : 30/05/2016
Messages : 1451
Voir le profil de l'utilisateur

_________________

J'ai laissé au fil du temps mourir, mon innocence
S'enfuir les souvenirs de mon enfance, je sais ce que la vie a fait de moi

Et le temps défile sans me laisser, la moindre chance
Dans l'indifférence, je suis ce que la vie a fait de moi
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 29 Juin - 23:03

« Vous avez peut-être mauvais caractère, mais vous êtes mignon! »


Je me suis promis de ne me priver d'aucune beauté.




Le jeune homme devait bien l’avouer : Comparer aux autres hôpitaux où il avait été avant d’arrivé à Helse Magi, c’était un hôpital vraiment haut classé. Hormis pour la nourriture qui laisser à désirer quelque fois (mais ça, ça devait être une routine d’hôpitaux), c’était un merveilleux hôpital, le meilleur que le jeune Jace avait fréquenter. Non seulement les chambres étaient éclairées, mais elles étaient aussi moins morbides que la majorité des chambres trop blanches qu’il avait été avant. Le personnel était très compétent : Il n’avait jamais vu un seul faire mal son travail. Même la secrétaire était douée.

Pour en revenir à Helse Magi, tout allait avec cet hôpital. Les chambres, les soins, le personnel… La seule chose qui tourmentait plus que tout le jeune Curtis était cette aile interdite. Oh il avait déjà vu des choses semblables dans d’autres hôpitaux : Parfois, les gens qui étaient contagieux était placer dans une aile a part de l’hôpital, mais ce n’était clairement pas ça vu que, parfois, certains patients sortaient de cet aile pour y retourner par la suite. Hors les patients contagieux ne sortaient pas. Alors voulez-vous bien me dire à quoi servait cette aile? Oui, Jace avait toujours été trop curieux, ce n’était pas nouveau… Et, sans savoir pourquoi, cette aile l’attirait. Il y avait quelque chose de ce côté là de l’hôpital, quelque chose qui lui donnait une grande envie d’aller voir : L’aventure, la curiosité, le désir, mais aussi quelque chose de plus grand, sans savoir vraiment quoi… Vous savez, cette sensation quand vous êtes attiré vers une personne, sans savoir vraiment pourquoi? C’était cette même sensation, mais pour ce lieu étranger.

Bref, si on revient au moment présent, Aedan semblait mécontent. Mince. Déjà qu’il faisait souvent la gueule, il n’avait pas envie de se retrouver à devoir s’excuser plusieurs fois. Oh il serait capable, bien entendu, mais Jace espérait entretenir une « bonne » relation avec l’infirmier. Il savait qu’Aedan ne l’appréciait pas, mais pour ce qui était du jeune Curtis, il l’aimait beaucoup son infirmier… Et puis, il avait toujours apprit à chercher le bon côté chez les gens : Une personne ne pouvait pas être mauvaise, jamais sans raison. Et le caractère grognon et renfermé de Cursse cachait bel et bien quelque chose, il en était certain. Quoi? Aucune idée. Mais il cachait quelque chose. Son visage fermé, sans expression à part la colère, ça ne pouvait pas être vraie.

« Ahaha, ouais! Je sais! », dit le jeune Jace en riant un peu, secouant la tête, avant de venir s’assoir sur le lit. Qu’on le traite de con ou d’abruti ne l’a jamais vraiment choqué.

Le jeune patient attendit patiemment que l’infirmier aille chercher ce qu’il fallait pour son nez avant de se retourner vers lui en souriant, le laissant faire en posant ses mains sur ses propres cuisses. C’était un peu gênant là, non? Non, c’était seulement Jace… sans aucun doute. Urhm. Ce n’était pas de Cursse qu’il aurait des réponses, ça dirait…

« Pourquoi certains patients sont séparés de d’autres? », demanda Jace en le regardant, le laissant toujours le soigner sans bouger.

Il eu un très léger silence flottant, avant que Jace ne dise :

« Vous savez, avoir le visage plus détendu, c’est mieux. Vous avez toujours l’air fâcher… pourtant, je suis certain que vous aimez bien votre boulot… »


Code by Joy
Membre en fer

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Localisation : Dans l'Hôpital Helse Magi
Date d'inscription : 09/06/2017
Messages : 190
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 6 Juil - 13:06



Je pense que cet hôpital est truffé d’imbécile. Clairement. Entre les patients qui sont parfois vraiment débiles et le personnel qui préfère limite colporter des rumeurs plutôt que de bien s’occuper de patient, je me demande parfois où je suis tombé. Moi je ne suis pas de ce style-là, je fais partie de ses rumeurs, vu ma façon d’agir, mon caractère et ce que je fais au boulot je ne doute pas que les bruits courts sur moi, mais je n’y participe pas, je ne les agrémentes pas, ça ne m’intéresse pas de toute façon. Moi je suis ici pour bien faire mon travail tout simplement, je suis ici parce que Liorah est bloqué ici et même si je ne le dirais jamais, je suis uniquement bloqué ici pour ma sœur. D’ailleurs ça me fait bien chier que Samaël se soit mis à bosser ici lorsqu’il l’a su. Cette pourriture me poursuit jusqu’ici.

Enfin bref, tout ça pour dire que parfois je me demande quand même ce qui me fait tenir, si ce n’est Liorah ou peut-être que maintenant, après dix ans à être bloquer au même stade c’est simplement l’habitude, la routine qui me fait tenir. Mais lorsque je tombe sur des patients comme celui-là, qui se fout derrière une porte alors que c’est complètement débile, je dois dire que ça m’est ma patience à rude épreuve. Déjà qu’elle n’est plus réellement présente à cause de mon masque et de la pression que je subis au quotidien, mais ça, ça a le don d’être la goute d’eau.

D’ailleurs je relève un sourcil surpris lorsque je l’insulte très ouvertement, parce que je suis comme ça moi, je n’ai pas de filtre, même si ce sont des patients et que je devrais avoir un certain respect, et qu’il me dit qu’il sait, l’air amusé et ne semblant pas l’avoir mal pris. Après … Ça m’est déjà arrivé, mais je pense sincèrement que ce genre de patient sont soit trop positif dans la vie, soit maso, soit les deux. Lorsque je reviens pour le soigner, il commence à poser des questions et je crois son regard quelques secondes.

-Pourquoi on sépare les animaux dans une ferme ? Parce que ce ne sont pas les mêmes animaux. Vous n’avez pas tous la même maladie, tout simplement.

Sans réfléchir, je réponse, c’est encore ce qui paraît le plus naturel et donc le plus vrai. Normalement ça devrait passer tout seul, ma réponse est toute con, mais pourtant bien réfléchis et dite. Alors que je finis de soigner son nez ou du tout moins le sang qui coule, il me parle à nouveau et je détourne les yeux pour attraper de quoi totalement empêcher le sang de couler encore.

-Je n’ai pas l’air fâcher, je le suis. Si les gens seraient moins con, je le serais peut-être un peu moins.

Mon ton est à nouveau un peu plus tranchant et froid tandis que je me recule pour le regarder.

-Ça va là, ton nez ?

Je ne réponds pas en ce qui concerne mon boulot, non parce que je pense que j’aurais beau nier, on le verrait bien cette fois que je mens. Ça se voit que je l’aime mon boulot, même si j’aurais aimé passé au stade supérieur plutôt que de rester un infirmier… Mais ça… Jamais ça ne sera possible, pas tant que Liorah sera ainsi.
Fonda et admin

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : Infirmier
Date d'inscription : 30/05/2016
Messages : 1451
Voir le profil de l'utilisateur

_________________

J'ai laissé au fil du temps mourir, mon innocence
S'enfuir les souvenirs de mon enfance, je sais ce que la vie a fait de moi

Et le temps défile sans me laisser, la moindre chance
Dans l'indifférence, je suis ce que la vie a fait de moi
Revenir en haut Aller en bas
Mer 12 Juil - 9:05

« Vous avez peut-être mauvais caractère, mais vous êtes mignon! »


Je me suis promis de ne me priver d'aucune beauté.




Jace ne put s’empêcher de garder un sourire éternel sur les lèvres, suivant du regard les mouvements du jeune infirmier, le regard brillant. C’est une chose que jamais Jace ne peux ce lasser de faire : Sourire. Quand il a vu ce que sa maladie pouvait faire aux gens qu’il aimait, le jeune homme a commencé à vivre plus qu’il ne le faisait déjà. Il vivait pour deux, pour trois s’il le fallait, tant que sa joie puisse se transmettre à d’autres et, surtout, à ses parents. C’est pourquoi cela faisait longtemps que le jeune homme n’avait pas pleurer : Sourire était rendu son arme, mais aussi sa manière de dire ‘tout vas bien, je survis’. Pourtant, rien n’allait bien avec sa maladie. Ses poumons continuaient d’être empoisonné par sa maladie, et sa vie continuait de raccourcir. Néanmoins, il n’avait pas le temps de ce plaindre ou de perdre son sourire, car justement, ces jours étaient comptés. Mais n’avait-il pas tous les droits de des fois perdre son sourire? Sans doute, mais Jace ne se laissait pas la permission de le faire. Sourire était pour lui quelque chose de puissant, et malgré qu’il ait peur, horriblement peur de mourir, d’avoir mal comme il avait souvent mal, il continuait de sourire. Il ne voulait pas laisser sa maladie gagner sur lui : Le jeune Curtis voulait être plus fort que ça, et surtout plus fort pour ceux qu’il aimait. Vous savez ce qui est pire que d’être atteint d’une maladie comme la sienne? Avoir un proche atteint de cette maladie… Car dans cette histoire, c’est eux qui doivent supporter la perte, la mort que vous laissez par la suite. Et c’est quelque chose que Jace ne peux toujours pas accepter : Ce vide qu’il va laisser.

Et c’est pourquoi Jace ne prit aucunement mal le commentaire sur son comportement de l’infirmier : des gens qui ne l’apprécie pas, il en a déjà vu énormément, mais surtout à dû en supporter, particulièrement ceux qui n’appréciaient pas qu’il sourit autant chaque jour. « Un malade, ce n’est pas heureux, alors arrête de faire semblant », lui avait-on souvent reproché. Et bien. Les gens avaient une piètre idée de ce qu’était la maladie, mais surtout, ils étaient souvent assez pessimistes. Jace voulait sourire, et si les gens le critiquait pour une quelconque raison, qu’il le fasse. Ce n’est pas comme si cela devait mener la vie au jeune Curtis pour autant.
Le jeune homme ne peut s’empêcher de froncer les sourcils à l’explication de l’infirmier. Hein? Pourquoi séparé certains malades complètement dans une autre aile, seulement pour une maladie différente? Et quelle maladie? Mince, désormais il avait encore plus de question qu’avant… Et pourtant, il n’aurait pas cru cela possible. Aaaaah… Merde.

« Vous voulez dire que ceux qui sont dans la deuxième aile… Sont malades… plutôt gravement? Ou ils sont contagieux? Est-ce qu’ils vont s’en sortir? »

Et le voilà repartit sur une série de question, et le jeune Jace ce sentit rougir de culpabilité et de honte : Il n’avait aucun droit de se mêler autant de la vie privée des patients, ni de faire ça à son infirmier sexy, mais… sa curiosité le dérangeait, le démangeait, et cette aile … qui l’attirait… C’était de plus en plus grand comme pression.

« Mon nez vas très bien, merci… », dit lentement Jace en se détournant un peu pour regarder ailleurs.
Il ne put s’empêcher de venir serré entre ses doigts quelques plies de son pantalon, soupirant lentement.

« Désolé, je sais que je suis trop curieux... C'est plus fort que moi... »



Code by Joy
Membre en fer

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Localisation : Dans l'Hôpital Helse Magi
Date d'inscription : 09/06/2017
Messages : 190
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 26 Juil - 17:08


J’ai beau devoir être ce que je suis, il y a des fois où je ne peux pas cacher grand-chose, lorsque je soigne, lorsque j’aide… Même si je veux paraître pour le méchant, pour le mal luné, mal baiser où je sais pas quoi… Il reste cette étincelle de passion dans mon regard que je ne peux malheureusement pas dissimuler. Je sais que je serais bien mieux sans Samael dans mes pattes, je pourrais vivre ma vie pleinement, je la vivrais sans pression, sans avoir besoin de repousser ma moitié… Mais ma vie n’est pas faite ainsi et l’immense cicatrice que j’ai sur ma joue me le rappelle chaque jour. Il y a dix ans j’ai voulu aller à une fête … Et maintenant, j’en paye encore le prix. Si seulement Liorah aurait été assez forte ou intelligente pour se défendre seule… Enfin brefs, avec des « si » ont referait le monde, pas vrai ? Et moi j’aurais besoin de bien plus que ça vu ma vie au jour d’aujourd’hui.

Enfin bref, là je m’occupe un peu l’esprit avec ce patient, même s’il ne semble pas vraiment très intelligent et qu’il me rajoute du travail plus qu’autre chose. Même si je râle, au moins je me dis que ça va occuper ma longue et ennuyeuse journée. C’est ça le problème avec les humains, ils sont banalement banals et ennuyants, bien que certaine de leur maladie soit vraiment un mystère, mais c’est plutôt rare. Alors que je le soigne il commence à me poser des questions et je vois bien que mes réponses n’assouvit pas son besoin de réponse, au contraire. Fais chier, putain. Lorsqu’il me pose encore plus de question je fronce à mon tour légèrement les sourcils et reste évasif.

-Oui c’est ça, c’est bien trop grave et dangereux pour ceux qui sont ici, pas tous, non…

Malheureusement certain être surnaturel sont encore plus un mystère que certaines maladies humaines et il y a trop peu de recherche faite dessus, ils vont mourir c’est certain… Exactement comme ma sœur, sa maladie est un des plus grands mystères qu’il y a … Et j’ai bien peur que le temps où’on trouve un remède, elle soit déjà morte… Mon regard se change légèrement lorsque je lui dis que tout le monde ne s’en sortira pas, forcement puisque je pense à Liorah, mais lorsque je le réalise, je me reprends bien vite en m’éloignant de lui après avoir fini de soigner son nez. Je lui tends alors ses médicaments.

-Tu l’es beaucoup trop, il vaut mieux que tu arrêtes de te poser des questions auxquelles tu ne veux certainement pas savoir réellement la réponse, ça pourrait te causer beaucoup d’emmerde.

Je le regarde dans les yeux, je ne le menace pas vraiment, mais un petit peu en quelque sorte. Il n’a pas à savoir ce qu’il y a de l’autre côté, un vampire s’en ferait son casse-dalle, un succube ou un incube aussi, les loups-garous en feraient leur proie… Non, un humain a rien à faire là-bas, c’est sur et certain.
Fonda et admin

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : Infirmier
Date d'inscription : 30/05/2016
Messages : 1451
Voir le profil de l'utilisateur

_________________

J'ai laissé au fil du temps mourir, mon innocence
S'enfuir les souvenirs de mon enfance, je sais ce que la vie a fait de moi

Et le temps défile sans me laisser, la moindre chance
Dans l'indifférence, je suis ce que la vie a fait de moi
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 27 Juil - 21:19

« Vous avez peut-être mauvais caractère, mais vous êtes mignon! »


Je me suis promis de ne me priver d'aucune beauté.




Jace n’en a cure de ce que les autres peuvent bien penser de lui. Cela fait longtemps qu’il a chasser ses sombres pensées pour les remplacer par des neuves, par des bien plus douces. Depuis longtemps, Jace a finit par arrêté de ce soucier de ce que les autres pouvaient dire ou penser de lui : Aucun de leurs jugement ne pourraient l’aider à avancer. C’était lui, le maitre de son destin, et heureusement, car avec tout ces gens qu’il rencontrait, il avait dû ce forger une assez bonne carapace pour ne pas être touché par ce qu’on pouvait lui dire parfois. Bref, tout ça pour aller au fait que… Malgré tout ce qu’on pouvait dire à Jace, il n’arrêterait pas. Sa vie était déjà bien ridiculement courte et médiocre avec sa maladie : il n’était pas aussi pour ce priver des quelques rares plaisir de sa vie. Il n’était pas aussi insensé pour faire ça.

Jace le sent : cet infirmier ne l’aime pas. Mais aime-t-il sincèrement quelqu’un dans cet hôpital? S’en ai dommage. Il semble vouloir s’obliger à agir ainsi… Personne ne peux être aussi « méchant » , aussi froid, sans avoir une raison derrière. Alors quoi, il s’oblige à agir ainsi pour une raison professionnelle, familiale, un passé troublé? Jace n’en sait rien, et il est assez respectueux, sur le point de vie personnelle des gens, pour ne pas aller chercher. Mais cet hôpital, c’est toute sa vie. Il ne lui reste que ça. Il ne sortira jamais d’ici, jamais complètement, et il mourra sans doute ici. Cet aile, elle fait partie de sa vie maintenant, et lui demande de ne rien chercher, c’est comme lui demandé de ne pas comprendre tout à fait son environnement. C’est insécurisant, et pourtant la première chose d’un hôpital, c’est qu’il doit être sécure. Ils en ont conscience de ça?

« Vous venez de dire que c’est dangereux, et vous me demandez de ne pas chercher à en savoir plus? Un hôpital, c’est supposer être un endroit où on se sent en sécurité, et non où on a l’impression que le personnel nous cache quelque chose… », dit lentement Jace. « Je veux savoir ce qui ce passe, et je ne vais pas arrêter parce que une dixième personne m’a dit de le faire. Je veux me sentir bien dans cet hôpital. Et surtout, ça m’occupe un peu l’esprit en attendant… », dit le jeune homme.

Jace secoue les épaules, avant de prendre ses médicaments de la main de l’infirmier.

« Merci beaucoup… Pour ça, et pour le nez. », dit lentement Jace en avalant ses médicaments. Encore, et encore. Toujours des médicaments…




Code by Joy
Membre en fer

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Localisation : Dans l'Hôpital Helse Magi
Date d'inscription : 09/06/2017
Messages : 190
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 4 Aoû - 20:45



Je fais mon boulot parce que je l’aime avant tout, même si j’avouerais avoir aimé être plus qu’un simple infirmier, disons que je voulais déjà le devenir avant la mystérieuse maladie de ma sœur et lorsqu’elle est tombé malade tout ça c’est vraiment concrétiser, mais ça c’est aussi concrétiser que je ne serais jamais plus. Il faudrait plus d’années d’études ça veut dire m’éloigner d’elle et la laisser tranquillement dans le même hôpital que Samaël pendant je ne sais pas combien de temps sans la visiter ? Non, jamais. Plutôt crever.

Tout ça pour dire que même si j’aime mon boulot je ne peux clairement pas le montrer, je garde ce masque, pourquoi ? Parce qu’il domine presque ce putain d’hôpital, il a une caméra constamment sur ma gueule, j’en suis sur. Enfin bref, tout ça pour dire que je suis aussi irrité de me dire qu’il me flique pire que si j’étais le pire des terroristes. Du coup ça m’aide à être de mauvaise humeur et quand les patients font n’importe quoi… Forcement ça pète ! Et en plus d’être con, il semble têtu, il me parle de sécurité dans l’hôpital et je lève les yeux au ciel avant de le regarder droit dans les yeux, le plus sérieusement du monde.

-C’est dangereux pour vous. Vous êtes formé aux maladies et a la sécurité lié a celle-ci ? Non. Alors oui c’est dangereux pour vous. Est-ce que depuis que tu es ici, même si l’autre côté est plus dangereux niveau maladie, n’importe qui de ce fichu hôpital de ce côté si a été toucher ? Non, jamais. Donc vous êtes en sécurité.

Je me retiens de rajouter un « tête de con ». À la place je fronce les sourcils un peu plus, lorsqu’il dit qu’il va continuer à savoir, après tout si ça l’amuse. C’est assez bien verrouiller pour qu’il ne fouine pas plus, enfin qu’il soit bloqué à un moment ou à un autre. Il me remercie ensuite et je reprends mes affaires sans répondre, c’est juste mon boulot.
Fonda et admin

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : Infirmier
Date d'inscription : 30/05/2016
Messages : 1451
Voir le profil de l'utilisateur

_________________

J'ai laissé au fil du temps mourir, mon innocence
S'enfuir les souvenirs de mon enfance, je sais ce que la vie a fait de moi

Et le temps défile sans me laisser, la moindre chance
Dans l'indifférence, je suis ce que la vie a fait de moi
Revenir en haut Aller en bas
Dim 6 Aoû - 6:26

« Vous avez peut-être mauvais caractère, mais vous êtes mignon! »


Je me suis promis de ne me priver d'aucune beauté.




Jace fixa le jeune infirmier en silence, serrant ses mains sur ses cuisses avant de regarder ailleurs en sentant le regard oppressant de l’infirmier sur lui, le faisant légèrement hésiter sur ce qu’il disait. Mais comme souvent, ces mots sortaient avant de penser et il ce mordit les lèvres par la suite en sentant son regard encore plus contre lui. Cet infirmier avait beau être magnifique, il se sentait de plus en plus petit quand l’homme le regardait ainsi. Il finit par se redresser lentement en fixant à nouveau Aedan dans les yeux quand ce dernier parla. Et il avait beau avoir raison, comme sur tout ce qu’il avait dit avant, cela ne changeait pas l’idée de Jace de devoir comprendre, de devoir découvrir la vérité. Bien qu’il n’ait, jusqu’à maintenant, jamais eu d’accident, rien ne pouvait dire qu’il n’y en aurait jamais. Vivre dans un monde instable n’était décidément pas pour Jace, déjà que sa maladie était instable, s’était assez pour lui. Il finit par relever la tête lentement, soupirant un peu en secouant la tête. Ce n’était pas cet infirmier qui allait le rassurer en répondant à certaines de ses questions, ça c’était certain. Il était même tout sauf réceptif à ses questions, ou tout simplement à lui adresser un sourire. Il était réceptif à peu de choses en faite.

« Je vous remercie. Je vous souhaite une bonne journée, surtout. », dit Jace en reprenant rapidement son sourire, car il n’allait laissé personne, ni même un infirmier terriblement sexy, ce mettre à travers de ce qu’il croyait juste ou de ses sourires. Il finit par lui envoyer joyeusement la main quand l’infirmier partit, le laissant à nouveau dans sa chambre, seul. Et c’est encore plus pesant désormais que la solitude est revenu… Jace se laissa tombé sur le dos, se couchant contre son lit en soupirant.


Code by Joy
Membre en fer

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Localisation : Dans l'Hôpital Helse Magi
Date d'inscription : 09/06/2017
Messages : 190
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 14 Aoû - 10:10


Je faisais face à un patient vraiment trop curieux. Trop curieux pour sa propre santé et sa propre vie. Après je pourrais en avoir rien à foutre qu’il se jette littéralement dans la gueule du loup, vu tous les loups-garous que nous avons de l’autre côté et qui ne sont pas forcément stables, mais ça serait mal faire on travaille. Et je pense que vous l’aurez compris : j’aime mon travail et je veux bien le faire. Alors même si je suis froid et que je passe vraiment pour un con, rien à foutre, je lui fais comprendre qu’il vaut mieux pas qu’il me défît sur ce point-là. Que je suis véritablement sérieux. Je le fixe donc, mais lui détourne les yeux. Un soupire m’échappe. Un soupire s’échappe de son côté aussi et je relève un sourcil, mais ne dis rien, a ses mots, je le fixe encore un court instant et hoche simplement la tête avant de me reculer avec l’idée de sortir de la chambre.

-Bonne journée…

Et je quitte la chambre avec un nouveau soupire. La curiosité humaine, c’est ce qui éteindra leur espèce !



Fin
Fonda et admin

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : Infirmier
Date d'inscription : 30/05/2016
Messages : 1451
Voir le profil de l'utilisateur

_________________

J'ai laissé au fil du temps mourir, mon innocence
S'enfuir les souvenirs de mon enfance, je sais ce que la vie a fait de moi

Et le temps défile sans me laisser, la moindre chance
Dans l'indifférence, je suis ce que la vie a fait de moi
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Two Worlds In Pain :: Flood :: Corbeille :: RP terminés-