AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

« Ou avoir l'impression de te noyer dans ton propre corps. » [ Eretria]

 :: The Helse Magi :: Aile des humains :: Chambres des patients :: 004. Jace Curtis Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 26 Juin - 9:42


Down
Ft. Eretria
Il y avait des journées comme ça où, dès le matin, tu sentais que rien n’allait. Que tout allait mal, que tout allait aller mal. Tu avais de ces journées où, dès que tu ouvrais les yeux et que tu posais un de tes pieds sur le carrelage froid du sol de ta chambre, tu sentais que quelqu’un n’allait pas ce passer comme prévu. Ce genre de sensations qui te dit « Fait attention, aujourd’hui, ça ne serra pas une bonne journée ». Il y a plusieurs façons de prévoir une mauvaise journée : Ton horoscope dans le journal, le fait que tu ailles déposer le mauvais pied sur le sol, le fait que tu pleures dès le début de la journée, mais le meilleur moyen de le savoir  c’est cette sensation qui te suit partout : Cette sensation qui te dit « Non, reste coucher, ça vaudrait mieux ». Et pourtant, tu te lèves pareils. Tu te lèves, car  tu dois aller travailler, tu dois bouger, mais surtout, car la vie continue. Pourtant, si la vie continue, devrais-tu vraiment te lever quand tu sens qu’une journée ne va pas aller bien?

C’est ce que Jace ce pose chaque fois comme question quand cette sensation de mauvaise journée lui parcourt le corps : Est-ce que je vais survivre? Les gens, sans maladies, vont plutôt ce poser : est-ce que tout vas bien aller, est-ce que je vais avoir une bonne journée à mon travail, est-ce que je vais passer mon examen… Mais les gens malades, quand ils se lèvent avec cette sensation, ils ne se demandent qu’une chose : Est-ce que je vais survivre? Heureusement, Jace Curtis est du genre positif dans la vie. Il a beau avoir cette sensation dans le corps, il va se levé et croire en lui. Parce que après tout, il ne veut pas gâcher une seule de ses journées. Par quand tu es atteint de la fibrose kystique, une maladie qui peux te prendre n’importe quand.

Comme chaque matin, Jace était allé à son cours, dans son programme en informatique. Il avait apprit beaucoup grâce à ce cours, et son regard fasciné prouver encore une fois que sa place était bel et bien en informatique. Et encore une fois, il en avait sourit : Il adorait les cours qu’il recevait, il adorait ce qu’il faisait.

Puis, durant l’après-midi, il retrouvera le confort de sa chambre d’hôpital à Helse Magi. Rejoignant la porte numéroté 4, il s’installa sur son lit en soupirant de bien être, se laissant tombé contre celui-ci. L’odeur qui s’en dégageait vint rapidement le rassurer, le faisant même sourire après un moment. Cette chambre, il l’aimait bien. Souvent, l’hôpital sonnait comme quelque chose de mauvais dans la tête de bien des gens, mais pour Jace, l’hôpital représenté simplement ce grand établissement qu’il lui avait permit de vivre aussi longtemps. Sans tout ses traitements, antibiotiques et autres, il serait mort bien jeune. Heureusement, il avait eu des soins excellents qui lui avaient permit de vivre jusqu’à maintenant.

Environ vers 16h, c’est là que les premiers signes d’alarmes retentirent chez Jace. Il ouvrit rapidement les yeux, se redressant sur son lit un peu trop rapidement ce qui lui valu  non seulement un trouble de vue, mais une envie rapide de vomir, avec son mal de ventre qui lui avait prit. Il se leva rapidement, se dirigeant vers la salle de bain proche de sa chambre, s’accrochant au robinet. Il commença à tousser, gémissant. Une toux persistant accompagner le fait de relâcher du mucus épais. Il commençait brusquement à se sentir de moins en moins bien, s’accrochant avec force au lavabo.  Non seulement il n’arrêtait pas de tousser, mais son mal de ventre, de tête, et sa perte de souffle était de plus en plus présente.

Encore un peu conscient de ce qu’il faisait, Jace arriva à se rendre jusqu’à son lit à nouveau, gardant sa main contre ses lèvres, respirant de plus en plus difficilement. Il appuya sur le bouton pour prévenir une infirmière ou un médecin de son état, avant de se laisser tomber sur son lit, ramenant rapidement ses jambes contre son torse, cherchant de plus en plus son souffle sans le trouver. Sa respiration devenait sifflante et faible, presque inexistante, alors qu’il continuait de la chercher. Le plus difficile était aussi de garder son calme quand tu avais l’impression de te noyer dans ton propre corps…



Code by Joy
Membre en fer

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Localisation : Dans l'Hôpital Helse Magi
Date d'inscription : 09/06/2017
Messages : 125
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 1 Juil - 16:07




Plus le temps avance et plus je me demande comment va se passer ma vie. Je ne l’imaginais pas ainsi. J’avais toujours rêvé de faire ce métier et oui je savais qu’il serait compliqué, moralement et physiquement, mais là c’était bien plus que ça. Tout ceci était très personnel. Dans mon programme de vie et d’avenir il n’y avait pas mon parasite de sœur qui venait travailler au même endroit que moi alors que je faisais tout pour m’éloigner d’elle. Il n’y avait pas non plus mon « père » ou celui qui est plutôt à l’origine de ma venue au monde, ni plus, ni moins. Combien de chance est-ce qu’il y avait pour que deux êtres qui m’entour, qui me sont liés de sang et que je n’aime pourtant pas plus que ça, travail avec moi. Très peu. Pourquoi je devais faire avec, je n’avais pas le choix et cela faisait environ trois mois que j’y parvenais.

Certes j’avais essayé de magouiller, de me faire passer pour ma sœur pour casser leur petit lien, rien de tout ça n’avait marché, au contraire j’étais encore plus en froid avec Lilith qu’autre chose. Est-ce que ça me touchait réellement ? Je ne sais pas. J’ai l’impression parfois de la regarder et de me voir, certes, mais simplement comme une copie dénouer de toutes émotions. Ce n’est pas moi et je ne me retrouve pas en ma sœur.

Enfin bon, je ne crois pas que ce soit une bonne chose de pensée à tout ça. Chaque fois que j’y pense ça me rend mal ou ça me met en colère et je n’ai pas besoin de ça ! Une fois j’ai failli me faire attraper à cause d’eux et je ne le leur laisserais pas le plaisir de me faire viré pour leurs beaux yeux. Jamais. Je m’attache donc mes longs cheveux en queue de cheval, contrairement à Lilith je les aime mes cheveux longs et je compte bien les garder encore un peu, puis j’enfile ma petite blouse. Aujourd’hui je travaille du côté humain ! Je suis contente parce que dans ma formation il faut bien que j’explore de tout ! Et ça ne me gêne pas d’être de l’autre côté du miroir aussi. C’est sympa.

D’ailleurs à peine ai-je poser les pieds de ce côté-là avec mon résident que nos biper sonne. Une urgence, je suis donc et c’est là qu’on entre dans la chambre de quelqu’un qui semble littéralement s’étouffer. J’ouvre de grands yeux et me dépêche d’attraper son dossier au pied du lit pour lire de quoi le patient est atteint, ensuite j’écoute les instructions que l’on me donne pour sauver la vie de ce patient ! Tant d'adrénaline, c’est fou ! C’est ce genre de moment que j’aime, qui fait que je fais que je veux faire ça de ma vie. Je lui injecte donc quelque chose qui va lui permettre de se calmer.
Membre en fer

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : Interne au Helse Magi et Patrone au Paradise Night Club
Date d'inscription : 17/06/2016
Messages : 358
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 3 Juil - 6:24


Down
Ft. Eretria
Bon, d’accord, tout n’allait décidément pas bien. Il manquait d’air, il avait mal, sans parler de cette envie de vomir qui ne voulait pas disparaitre. Il savait cela sonnait avec quoi : Encore une fois un mucus trop épais empiéter sur sa bonne respiration et sur sa voie respiratoire, faisant en sorte qu’il avait l’impression de ce noyer et lui donnant aussi l’envie de recracher tout ce mucus trop épais. Et pourtant, il n’y arrivait pas. Dès qu’il toussait pour expulser ce mucus, ça revenait. Il mourrait dans son propre corps, et c’était une des pires choses au monde. S’il y avait bien une chose que le jeune homme avait apprit à détester, c’était cette peur de mourir noyer.

Déjà depuis jeune, avant que sa maladie ne devienne aussi problématique que maintenant, il avait toujours eu peur de l’eau. Dès qu’il ne voyait plus ses pieds, dès qu’il ne pouvait plus avoir cette sécurité d’un sol, il paniquait. Il avait l’impression qu’il allait se noyer, qu’il allait disparaitre sans trace. Jace avait toujours craint pour sa vie, et nager n’avait jamais été un plaisir pour lui, hormis dans une piscine où il avait son sol. Et avec sa maladie, sa peur n’avait qu’empirer. Plus ça avançait, plus cette peur ce concrétisait : Et si un jour, il mourrait vraiment noyer. Et si un jour, alors que personne ne venait à temps, il se noyait dans son propre corps. C’est ce qu’il craignait le plus de sa maladie. Il savait qu’il allait mourir. Les médecins n’avaient jamais caché ça à Jace : Sans chirurgie pour remplacer ses poumons, il allait mourir. Et l’opération pouvait échoué. Mais Jace n’avait pas peur de la mort en tant que telle, mais de quelle façon il allait mourir… C’est ce qu’il lui faisait peur. Il ne voulait pas souffrir, il ne voulait pas avoir mal lors de sa mort… et surtout, Jace ne voulait pas mourir noyer.

C’est pourquoi, quand il sentit une présence à ses côtés, il se força à ouvrir les yeux pour voir une jeune femme l’aidé. Il la fixa un moment dans les yeux avant de baisser la tête en toussotant. Jace arriva néanmoins à suivre les indications de la femme pour l’aider à le soigner. Grace à ce qu’elle lui injecte, Jace sens lentement ses muscles se détendre, alors que ce dernier cherche sa respiration lentement, portant sa main dans ses cheveux en toussotant. Quelqu’un lui apporte un bol, et Jace recracha le mucus épais qui lui bloquait les voies respiratoires. Lentement, il reprend conscience de ce qui ce passe, de ce qui l’entoure, des bruits ambiants, alors que sa main se pose sur le lit pour le faire relever un peu, clignant des yeux.

« Je… », dit-il lentement, essayant de parler. « Mon dieu… »

Il posa sa tête contre le lit, soupirant lentement, prenant des grandes respirations qui lui avait tant manqué quelques secondes avant.

« Merci… »

Code by Joy
Membre en fer

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Localisation : Dans l'Hôpital Helse Magi
Date d'inscription : 09/06/2017
Messages : 125
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 15 Juil - 11:00


Si je faisais ce métier, si j’avais envie de faire ce métier de devenir chirurgienne également c’était pour bien au-delà de juste sauvé des vies humaines ! C’était pour ces moments de stresser, d’adrénaline, ce moment où tu sens que la vie de quelqu’un est entre tes mains ! J’ai beau être beaucoup plus « humaine » que ma sœur, je reste une démone et le pouvoir me fait du bien. J’ai beau ressentir plus de chose, je dois avouer que ce sentiment est réellement plaisant.

Et là on me jetait un petit peu dans le grand bassin, on venait à peine d’entrée dans la chambre, de voir l’état du patient, que je devais agir ! Et agir seule, pas sans la surveillance de ma supérieure bien évidemment. C’est dans ces moments-là que je stresse réellement, je sais que je suis évalué en même temps. Alors en plus d’avoir le stresse de gérer la crise du patient, je dois gérer mon propre stresse ! Mais ça va, je m’en sors comme une chef !

Ma chef me félicite et donne un bol au patient, dont mon regard a croisé le sien pendant de longues secondes. Il semble essouffler et vraiment fatigué, je le laisse cracher ce qu’il a, à cracher tandis que ma chef me dit que je vais finir de gérer le cas seule après qu’elle est reçue un coup de biper pour les urgences, ma tête se hoche tandis que je me tourne vers l’homme avec un petit sourire.

« De rien, c’est un peu mon métier en même temps ! »

Enfonçant mes mains dans ma blouse blanche, je reprends.

« Est-ce que ça va aller ou quelque chose vous gêne encore ?
Membre en fer

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : Interne au Helse Magi et Patrone au Paradise Night Club
Date d'inscription : 17/06/2016
Messages : 358
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 16 Juil - 5:03


Down
Ft. Eretria
Jace pouvait enfin reprendre sa respiration, retrouver ses esprits, alors qu’il avait cru un moment qu’il n’en reviendrait pas. Dire que c’était la première fois que ça lui arrivait serait mentir : Avoir cette mauvaise impression de ne plus pouvoir respirer, d’avoir beau chercher son souffle sans le trouver, c’était récurent chez ceux ayant cette maladie. Et ce n’était décidément pas la première ni la dernière fois que cela allait lui arriver. Il allait souvent devoir supporter ça, car c’était ainsi : Sa vie était remplit de petits souffrances comme ça, mais chaque fois, Jace ce disait que cela ne changeait rien. Il voulait vivre, car une vie, bien que difficile parfois, était trop belle, trop précieuse pour l’abandonner.

Et encore une fois, Jace ce sent reconnaissant d’avoir un tel personnelle toujours présent pour eux… Car si le personnel n’était pas aussi bien former, comme cette mademoiselle, il en serait mort cela fait des mois. Mais le voilà, encore debout, grâce à des gens aussi doués que cette jeune femme qui venait de lui sauver la vie. Et le jeune homme se redresse sur son lit pour s’assoir, venant lentement essuyer ses lèvres en relevant les yeux vers la dame en face de lui. Et il croise son regard, et il ne peut qu’être reconnaissant, encore une fois. Cette femme lui a sauvé la vie. Comme plusieurs, oui, mais elle a réussit à le sauver, elle a réussit. Et Jace, comme toujours d’élan affectif, vient rapidement serré la femme dans ses bras en souriant un peu. Il n’est pas de ce genre de patient qui ne remercie pas les aides soignants ou qui préfère ce laisser mourir, lui, il est toujours reconnaissant quand on vient le soigner.

« Merci… Merci beaucoup pour votre aide… », murmura le jeune homme, encore un peu faible, se retirant très lentement par la suite en glissant sa main sur sa nuque, toussotant un peu.

Jace passa ensuite sa main dans sa nuque, puis dans ses cheveux, soupirant lentement.

« Vous auriez de l’eau pour moi…? »

Code by Joy
Membre en fer

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Localisation : Dans l'Hôpital Helse Magi
Date d'inscription : 09/06/2017
Messages : 125
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Two Worlds In Pain :: The Helse Magi :: Aile des humains :: Chambres des patients :: 004. Jace Curtis-