AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Quand je reste ta seule force.. (Liorah Cursse)

 :: Flood :: Corbeille :: RP terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mer 1 Juin - 1:13


J'arrive dans la salle des employés lorsqu'une collègue a moi m'interpelle pour me demander si ce midi je pouvais m'occuper de servir les repas aux patients. J'avais juste envie de l'envoyer bouler en lui disant que ce n'était pas mon job de faire ça et que j'avais déjà bien assez à faire, mais... Au boulot je devais me fondre dans la masse. Je devais faire mon travail et bien si possible. Histoire d'être bien vu. Et puis si je voulais rester dans cet hôpital pour surveiller Liorah... Je n'ai pas le choix. Déjà qu'avec toutes mes gardes et mes urgences j'ai du mal à garder les yeux sur ma sœur. Si en plus je ne faisais plus partie de l'établissement... Je pourrais simplement ranger dans ma tête Liorah, dans un petit coin et prier pour qu'elle ne meurt pas... Ou qu'il ne lui arrive rien avant longtemps. Ou même que notre lien soit assez brisé pour que je ne ressente aucune douleur si jamais elle s'en va. Du coup c'est avec un faux sourire que j'ai accepté gentiment la mission qui m'est confiée. Je ne perds donc pas de temps et descends en cuisine prenant tous les plateaux et les mettant sur les chariots. Doucement, mais surement je fais tous les étages et toutes les chambres. Je fais quelques aller-retour aussi pour aller chercher à chaque fois de nouveau plateau. Je finis par Loar... Enfin Liorah. J'entre alors dans sa chambre, gardant mon air droit. Impassible.

-C'est l'heure de manger.

Je deplace alors la petite table roulante que tous les patients ont pour manger sur leur lit et placent le plateau dessus.
Fonda et admin

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : Infirmier
Date d'inscription : 30/05/2016
Messages : 1107
Voir le profil de l'utilisateur

_________________

J'ai laissé au fil du temps mourir, mon innocence
S'enfuir les souvenirs de mon enfance, je sais ce que la vie a fait de moi

Et le temps défile sans me laisser, la moindre chance
Dans l'indifférence, je suis ce que la vie a fait de moi
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 2 Juin - 21:44

Quand je reste ta seule force





Voilà prés d'une semaine que je suis dans une phase...ou plutôt une crise de faiblesse. Je sais pas comment appelé ça autrement mais quand ça ce déclenche. Je suis incapable de faire quoi que ce soit toute seule. Je peux juste resté allonger et me reposer jusqu'à ce que ça passe parfois ça peu prendre des jours, comme des fois ça peu revenir à la normal au bout de trois quatre jours. Ce matin, le médecin est passé me voir et ma déconseiller comme les autres jours d'essayé de me levé ou de faire quoi que ce soit...il ma juste conseillé de rester allongé, de me reposé..je deteste c'est phase...ces crises...quand ça arrive, j'ai même pas la force de continué à cherché un moyen de debarassé Nell de sa cicatrice...pas la force de continué à essayé de comprendre pourquoi il a changé d'attitude aprés l'agression... J'ai du appelé une infirmiere comme les jours précédents pour aller à la salle de bain, pour aller au toilette, je me suis retrouvé d'un seul coup comme une grand mère en maison de retraite qui a besoin d'aide dans le moindre de ses mouvements.J'ai eu la force de rien faire a par dormir. J'ai ouvert les yeux en fin de matinée et la fenêtre ma servit d'occupation jusqu'à ce que j'entende la porte de ma chambre s'ouvrir. L'heure du repas je suppose...je me tourne pour m'allongé sur le dos et pose les yeux sur la personne qui porte le plateau... Aedan...est là... J'aurais pas pensé qu'il me le porterait même en étant obligé, je me serais attendu à ce qu'il trouve une excuse et quelqu'un pour le faire...je reste simplement allongé, esquissant un leger sourire... Il dépose le plateau et j'attrape la télécomande pour relevé le dossier du lit.

Merci Nell..

Je sais qu'il n'aime plus que je l'appel comme ça mais c'est instinctif, je peux pas m'en empêcher...c'est mon petit frère et malgré qu'il soit devenu froid...envers moi...moi je ne pourrais jamais l'être envers lui... Je regarde le plateau, le dossier du lit relevé au maximum...je prend la fourchette et je ne trouve même pas la force de la levée jusqu'à l'assiette...elle m'échappe des mains et je la laisse retombé sur le plateau avec un soupire, essayant de la reprendre. J'ai même pas la force de m'aidé de ma magie.je soupire une nouvelle fois... A vrai dire...je n'ai même pas faim mais peut être que de mangé m'aidera...je retente une nouvelle fois et abandonne...relevant les yeux vers Aedan.

Reprend le..

Code by Joy
Membre en fer

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : sans emploi
Date d'inscription : 31/05/2016
Messages : 315
Age : 26
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 3 Juin - 0:30


Son visage exprime le contraire totalement de moi, malgré la fatigue, sur ces traie tiré je peux apercevoir tout l'amour qu'elle me porte encore. Elle sourit en me voyant, comme si elle était réellement heureuse, alors que je lui fais vivre les pires des cauchemars. Peut-être qu'elle a toujours été la plus forte de nous deux au final. Je ne sais pas si j'aurais survécu au fait qu'elle me haïsse et me le montre un peu plus chaque jour. Au fait d’être chaque jour un peu plus faible, un peu plus proche de la mort. Liorah est vraiment forte et je sais que je l'ai toujours admiré pour ça. Jamais bien sur d'elle et pourtant elle n'a une telle assurance au final. Dans ces moments-là je me sens encore plus faible, encore plus nul et plus monstrueux et ça m'aide à être et paraître réellement en colère et froid. Au surnom je ne laisse rien paraître même si je sens clairement mon cœur ce resserrer. Je grogne alors légèrement et lui lance un regard pire que glacial.

-Ne m'appelle pas comme ça. Moi c'est Aedan, c'est compris ?!

Je pose son plateau et commence à repartir, je vérifie quand même qu'elle arrive à manger ce que je vois me fend une nouvelle fois mon cœur déjà mort et en miettes depuis dix ans. Elle tente désespérément de porter la fourchette à sa bouche, sans succès. À ces mots j'ai simplement envie de la secouer ou bien juste de me barrer avec mon plateau. Mais il faut qu'elle mange si elle veut aller mieux. Je pourrais toujours mettre cette attention sur le compte de mon boulot, sans pour autant qu'elle suspect quoique se soit. Je réponds alors d'un ton agacé.

-Même pas capable de manger toute seule, tu es vraiment un boulet Liorah !

Je pousse alors mon chariot sur le côté et m'approche d'elle. Je prends une chaise que je mets à côté de son lit et m'y installe. Je saisit la fourchette de nouveau et pique quelque patte que je porte ensuite à sa bouche, les yeux sans émotion apparente, mais au fond mon cœur bat bien trop vite.
Fonda et admin

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : Infirmier
Date d'inscription : 30/05/2016
Messages : 1107
Voir le profil de l'utilisateur

_________________

J'ai laissé au fil du temps mourir, mon innocence
S'enfuir les souvenirs de mon enfance, je sais ce que la vie a fait de moi

Et le temps défile sans me laisser, la moindre chance
Dans l'indifférence, je suis ce que la vie a fait de moi
Revenir en haut Aller en bas
Sam 4 Juin - 15:43

Quand je reste ta seule force






Un dizaine d'année maintenant que je vois chaque jours son attitude envers, son indifférence la plus tôtal. Il me regarde comme si nous n'avions jamais rien vécu ensemble, comme si j'étais une inconnu, comme si j'étais la dernière des mauvaises créature qui peuple ce monde. Il reste froid, distant et quoi que je fasse , je n'arrive même pas a lui tiré ne serait qu'un seul petit sourire ou une seule reaction qui me prouve qu'il m'aime encore un peu..au contraire chaque jours j'arrive a voir qu'il me deteste encore et toujours plus fort. D'un côté ça me brise le coeur et de l'autre, je sais que c'est une bataille que je dois gagné. Je dois juste reconquérir son coeur de frère. Je dois juste être a ses yeux à nouveau sa soeur et pas une inconnu comme il l'est au mien depuis quelques temps. A mon remerciement, j'ai juste droit à un grognement , un regard plus froid que l'antartique et a son agressivité si bien développé depuis maintenant 10 ans..

Je t'appellerais comme j'en ai envie...pour moi tu es encore Nell.

Je n'arrive pas a soulevé ne serait ce que la fourchette et je lève les yeux vers lui quand il revient vers moi et qu'il me lance une de ses gentillesses si bien connu à mon regard. Pourquoi est il si méchant avec moi? Comment peut-il ne pas se rendre compte que je n'ai simplement pas la force..que tout mon corp me fait mal parce que je ne peux à peine bougé mes muscles...parfois j'aurais presqu'envie de pleuré de comment il me traite mais je fais toujours en sorte d'être forte..et puis on dit " les gens fort pleurent quand ils sont seuls". Ce qui m'est déjà arrivé un bon nombre de fois..ça fait du bien des fois de relaché la pression mais là , j'ai même pas la force de laisser coulé une larme..je m'attendais pas a son geste et pourtant il le fait, je me doute trés bien que c'est dans le cadre de son travail, mais il aurait pu trés bien sortir et envoyé quelqu'un d'autre mais il le fait lui même. Il s'assoit prés de moi et me fait tout simplement mangé. J'ouvre la bouche pour prendre la bouché qu'il me présente et mache doucement sans le quitté des yeux. Son regard n'exprime rien et pourtant j'ai pratiquement toujours su lire en lui..j'avale ma bouché et j'ai qu'une envie c'est d'avoir un simple geste mais je sais trés bien comment il va réagir..

Merci..Aedan..Même..si c'est dans.. le cadre de ton poste...tu pouvais...appelé..quelqu'un..d'autre..pourquoi..tu le fais alors..que tu..me deteste ?

Je sais qu'il n'aime pas discuter avec moi, je crois même qu'il évite au maximum ce genre de contact mais puisqu'il est là autant que je profite de pouvoir parlé, le questionné..me faire une reel idée de comment il est maintenant..et peut être réussir à comprendre et lire en lui un peu.

Code by Joy
Membre en fer

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : sans emploi
Date d'inscription : 31/05/2016
Messages : 315
Age : 26
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 12 Juin - 17:49

Dix ans d'ignorance. Dix dans de masque. Dix ans de chantage. Dix ans que ma vie ne m'appartient plus réellement. Dix ans que je peux dire que j'ai connu et que je connais et vit l'enfer. Dix ans que je ne suis qu'un pantin, un automate, un pion. Dix ans... Dix longues putains d'année... Certains diraient : qu'est-ce que dix ans dans une vie ?! Vivez mes dix ans et vous verrez. Elles en paraissent le double. Qui tiendrait réellement dix ans de pure torture mentale. De combat intérieur sans péter un plomb ?! Moi... Il faut croire que je dois être fait pour ça ou que j'aime ça. Mais... Si c'était réellement le cas, pourquoi je souffre autant de temps en temps lorsque j'y pense... Et puis... J'oublie tout simplement, on remet le masque et on continue. Voilà ma vie depuis dix ans. Un soupire m'échappe. Faire entendre raison à Liorah c'est comme essayer de faire bouger un mur a la seule force de ses bras... Autant dire... Fatiguant et … Perdu d'avance. Mon regard ne change pas, mes traies devenant seulement plus dure.

- Mais tu es tellement idiote à t'accrocher à ça, tu te rends compte à quel point tu... Es la seule à encore croire en ce Nell perdu depuis des lustres ?

Voix froide. Sans émotions. Allant en parfait accord avec mon rôle, alors mon masque et avec mon regard. Elle ne me laisse ensuite par le choix et il va falloir que je la nourrisse moi-même. Je suis tellement pris entre deux sentiments, comme deux étaux qui se referme lentement autour de mon cœur. Je dois réellement me détacher de tout ça. Arrêter de ressentir tous ses sentiments contradictoires. Un jour ça aura ma perte. Elle ouvre simplement la bouche, même si elle est surprise. Ne t'inquiète pas petite Liorah, je le suis tout autant. Je la nourris donc, reprenant une autre fourchette lorsqu'elle avale, essayant d'aller vite pour à la fois vite finir et l’empêcher de parler le plus possible. Je soupire de nouveau et prends a nouveau des pâtes.

-Parce que mes collègue travaille. On ne glande pas toute la journée à rien faire comme toi. On bosse. Sinon croit moi que je ne servirais même pas les repas...

Une pique de plus... J'espère seulement l'enfoncer dans son cœur de manière à ce qu'elle souffre, mais... Rapidement, pas en la laissant agoniser.
Fonda et admin

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : Infirmier
Date d'inscription : 30/05/2016
Messages : 1107
Voir le profil de l'utilisateur

_________________

J'ai laissé au fil du temps mourir, mon innocence
S'enfuir les souvenirs de mon enfance, je sais ce que la vie a fait de moi

Et le temps défile sans me laisser, la moindre chance
Dans l'indifférence, je suis ce que la vie a fait de moi
Revenir en haut Aller en bas
Mer 15 Juin - 22:50






Chaque jours depuis 10 ans, c'est la même question. Chaque jours depuis 10 ans, c'est le même regard, les memes trait, le même caractère..chaque jours depuis 10 ans, je me demande où est passé Nell. On dirait juste qu'il a laissé place à quelqu'un de trés mauvais. Comme une pocession et je comprend pas comment un démon pourrait avoir prit pocession de mon frère. Il était si gentil avant..on était si proche et ça me manque affreusement. Ça me brise tellement le coeur et encore plus quand il m'insulte, même si ce sont généralement de petite insulte ça fait quand même mal..Son visage change un peu mais pas de mimique non..ses traits devienne encore plus dure et froid qu'il ne l'était avant qu'il entre et je comprend bien qu'il est agacé..je ne le quitte pas des yeux malgrés ce qu'il peu dire.

Je ne suis pas la seule a y croire encore..maman elle y croit..on est deux à y croire et mon espoir que tu revienne , grandit de jour en jour...l'espoir me fait vivre Aedan ! Alors toi tu n'y crois pas..tanpis mais moi j'y crois..j'y croirais toujours même si maman fini par abandonner, j'y croirait pour nous...

Aedan n'a pas le choix de me nourrir et bien sûr je me doutais qu'il n'y mettrait pas de la douceur, il ne me nourrit pas il me gave. Je comprend bien qu'il veut juste en finir avec ce moment , je comprend bien que pour lui c'est une plait de devoir me nourir , on s'amusait a le faire avant, c'était drôle maintenant pour lui c'est une juste une corvée..mes yeux ne le quitte pas...et mon coeur fait un nouveau bon à la pique qu'il me lance...comment est ce qu'il peut dire ça ? Si ce n'était que moi , je ne serais pas là. Je serais dans un appartement à vivre ma vie..peut être que je chercherais a le faire revenir mais peut être que j'aurais l'esprit occupé par un travail..peut être même un petit ami..malgré la pique, je pose ma main sur sa joue blessé il y a quelque années et la caresse avec mon pouce d'un geste lent..juste ce contact. Malgré la pique qui ma fait mal..trés mal, ma voix ne change pas , elle reste toujours douce..et je ne le quitte pas des yeux..( http://sia1.subirimagenes.net/img/2013/08/25/13082501440573843.gif )

Je donnerais toute la magie du monde pour être à ta place et pour espérer que tu ne sois pas à la mienne..je donnerais tout mes pouvoirs pour vivre une autre vie que celle ci..je donnerais tout pour que tu comprenne juste un peu que malgré l'image qu'on donne en tant que patient..on reste pas là sans rien faire. Chaque jours est une bataille Aedan..chaque jours, je me demande si je vais pas faire une nouvelle crise, si elle sera pas plus forte que les autres, si je vais pas mourir parce que ça aura été plus fort que moi....chaque jours je me bas et ce battre Nell..ce n'est pas rien faire de ses journées..

J'enlève ma main de sa joue..et regarde un peu ailleurs. Les yeux rivés sur mon assiette. La nourriture est si mauvaise mais pourtant je dois mangé pour retrouver des forces et si je dois pouvoir passé des moments seuls avec Aedan , je crois être capable d'accepté d'être faible de long jours..

Code by Joy
Membre en fer

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : sans emploi
Date d'inscription : 31/05/2016
Messages : 315
Age : 26
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 16 Juin - 23:33

J'ai beau l'insulté, la repousser... L'enfoncer... Rien n'y fait, elle reste. Elle garde ce regard sur moi. Elle garde cette force, cet espoir dans le regard. Elle garde ce doux sourire lorsqu'elle me voie, elle garde cette flamme lorsqu'elle me parle du passé. Elle y croit tellement... Mais j'ai tellement envie de la secouer et de lui dire de se réveiller, de se reprendre. Qu'elle ouvre les yeux, qu'elle voit la réalité. Que plus rien ne sera jamais plus comme avant. Que même si je le voudrais rien ne pourrait l'être. Comment pourrais-je me pardonner de dire de telle atrocité à ma moitié. À ma sœur ? Je ne pourrais pas. Et je me hais pour ça. Et ça agrémente tellement ma rancœur et mon masque.

- Céleste et toi vous êtes réellement... Pitoyable... Et c'est ça qui me confirme que je fais bien de me détacher de cette famille. Si jamais on en a été une un jour.

Je tente de la nourrir le plus rapidement possible. Dès qu'elle avale j'en remets dans sa bouche. Pour aller vite, pour ne pas qu'elle parle. Pour qu'elle ne me force pas à la faire souffrir et me faire souffrir par la même occasion. Alors que je me concentre à lui attraper les dernières pates qu'il reste, une main ce poser sur mon visage, précisément là où il a ma cicatrice... J'ai comme une brulure qui l'a traversé et je me raidis soudainement. Je l'écoute attentivement, toujours de sa voix douce... Aimante. Tout ce que je ne suis plus depuis dix ans. Tout ce qu'elle ne devrait plus être. À la fin de son petit monologue je relève doucement la tête... Sa joue s'enlevant de ma joue. J'ai le regard un peu perdu... Juste quelques secondes, une demi-seconde même... (comme le gif!) puis je redeviens froid. Et encore plus dur qu'avant. Comment ose-t-elle me toucher ? Me dire des choses comme ça ? Continuer à s'accrocher à ce putain d'espoir ! Même moi j'ai cessé d'y croire. Je fronce alors les sourcils.

- Alors rends les armes et allège tout le monde. Parce Que'honnêtement j'en ai un peu marre de me trainer un boulet au pied depuis avant même ma naissance. Ce n'est une jumelle que j'ai, c'est qu'un poids mort. Un putain de poids mort, même pas capable de manger !

Et sur ces mots, tremblant de rage je lui fourre ma fourchette dans dans sa bouche avant qu'elle est eut le temps de comprendre ce qui lui arrivait ou qu'elle est plus répliquée.
Fonda et admin

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : Infirmier
Date d'inscription : 30/05/2016
Messages : 1107
Voir le profil de l'utilisateur

_________________

J'ai laissé au fil du temps mourir, mon innocence
S'enfuir les souvenirs de mon enfance, je sais ce que la vie a fait de moi

Et le temps défile sans me laisser, la moindre chance
Dans l'indifférence, je suis ce que la vie a fait de moi
Revenir en haut Aller en bas
Lun 20 Juin - 19:56





Il a honte de nous ? Il ne le dit pas mais sa façon de parler me laisse le croire et puis l'adjectif qu'il emploi..qu'il m'insulte, me repousse je peux l'accepter , je peut le supporter mais qu'il traite notre mère comme ça..alors qu'elle a toujours été là, qu'elle a toujours tout fait pour nous protéger , alors qu'elle a tout fait pour que notre vie sois la meilleure possible..et qu'on ne manque de rien...qu'elle nous a protégé..Je peux pas le laisser la traitée comme ça après tout ça...J'aurais pu me mettre en colère, me tendre sous ses paroles...mais rien de cela. Je garde toujours l'aire que tout le monde me connait , il y a un simple voile sur mes yeux..un petit voile triste...qui montre tout de même que ses paroles ne m'ont pas laissé indifférente. Mais je fais en sorte qu'il ne le voit pas.

Dis a qui veut l'entendre que je suis pitoyable de croire en ton bon fond mais je te pris de respecter maman. Elle a fait bien plus que n'importe qui a pu faire pour nous et tu sais qu'il y a très peu même personnes qui n'est été présent comme elle la était. Et si toi tu en doute moi je sais que nous avons été une famille et malgré ce que tu crois...nous sommes toujours une famille et nous le serons toujours. Je continue de croire que tout au fond tu n'as pas oublié tout ces moments passé ensemble avant...les moments ou ont cuisiné tout les trois, les jeux dans le jardin , les sorties...les rires tout ce qui a rempli notre enfance et notre adolescence..On t'aime Aedan, et je sais qu'au fond tu nous aimes aussi..je sais pas pourquoi tu veux le caché...on restera toujours une famille malgré ta haine et la maladie qui me tue a petit feu...

Ma main un instant posé sur sa joue et une demi seconde, je suis prête a croire que ses traits ce sont détendu, adouci. Comme si , mon geste avait changé quelque choses l'espace de quelque seconde. Une demi seconde, je suis sûr d'avoir retrouvé mon Nell mais très vite, je réalise que j'ai peut être seulement rêver, que mon cerveau a imaginé..Ses traits, son visage est redevenu tendu et froid et ça me brise de nouveau le cœur malgré qu'il le soit déjà 1000000 fois anéanti..je reporte ma main prés de mon corp et il poignarde a nouveau mon cœur ou ce qu'il en reste mais là encore je fais en sorte de ne rien montré même si j'ai mal. Je mâche péniblement ces pâte , fourré dans ma bouche avec tant de colère. Il voulait me faire taire ou m'empêcher de parler mais ce n'est pas ça qui va m'empêché de le faire. Il ne se doute pas une seconde que je suis déjà morte...a l'intérieur et que ma douceur, mes sourires ne sont qu'une image que je renvoie...

Tu n'imagine pas avec quel force, j'ai prié pour qu'on me laisse partir, pour que mon enveloppe charnel repose au fond d'un trou et que je libère, cette chambre et te libère toi. J'ai prié de longues heures pour enfin avoir la paix et ne plus souffrir de cette maladie mystérieuse mais chaque fois que j'ai prié, quelque choses après ma fait regretter..je suis tellement désolé d'être un poid, un boulet depuis tant d'année je voudrais te libérer mais je ne peux pas... même si tu le veux plus que tout, il semblerait que j'ai encore beaucoup de choses a accomplir..

Je ne veux pas l'énerver plus qu'il ne l'est déjà . Je ne veux pas être la cause de ça. Je veux qu'il ressorte d'ici comme il est rentré...bien que j'espère que cette conversation, l'aura fait cogité!

Code by Joy
Membre en fer

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : sans emploi
Date d'inscription : 31/05/2016
Messages : 315
Age : 26
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 28 Juin - 13:50

Est-ce ironique si je dis que je connais Liorah comme si je l'avais faits ? En sachant que je la connais tout simplement depuis ma naissance. Je sais par cœur comment je fonctionne et elle le sait également, c'est bien ça le problème. C'est pour ça qu'elle ne lâche pas si facilement, que la douleur de mes mots ne touche presque en rien son espoir. Et je savais bien qu'en touchant la famille, qu'en touchant notre mère, elle allait réagir au quart de tour. Même à l'agonie, Liorah serait capable de prendre la défense de celle qui nous a mis au monde. Je soupire, comme blasé, même si au fond, je n'ai juste qu'envie de revivre ces moments.

- Non, tu te fais des idées. Je suis loin de vous aimer, vous êtes comme deux... Porte de prison dans ma vie qui m'empeche de vivre. Entre la sœur pot de colle et la mère poule. Merci, mais j'aime être libre. De plus une vraie mère ne nous aurait jamais empêché d'être ce qu'on est vraiment. Alors pour moi c'est juste Céleste, une vieille sorcière aigrie.

Elle a failli m'avoir. La surprise, mon pire ennemi. Heureusement que je pratique depuis dix ans maintenant et que le masque revient bien assez vite. Mais j'avoue que sa main me laisse comme une douce brulure sur la joue, me rappelant ma souffrance. Je la regarde macher le bout de viande, l'air furieuse et pourtant ces traies sont toujours aussi douces. Je sens bien que si j'étais cette bouchée de pâtes je serais mort déjà dix fois... Même si au fond, je pense bien qu'elle ferait tout pour que je ne meurs pas. Je lui redonne alors le reste de pates, les finissant lentement pour éviter de la faire parler plus, parce que ces mots me font mal... Oh oui... Ils me tuent doucement, lentement, comme un doux venin. Venin que je me suis injecté moi-même. Je n'ai pas le droit de me plaindre.

- Alors au lieu de prié agis, si la mort vient pas à toi, va à la mort et fous nous la paix.

Je me lève sur ses mots et saisie son yaourt, je prends la petite cuillère et lui fourre un gros morceau dans la bouche, l'empechant de parler direct.
Fonda et admin

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : Infirmier
Date d'inscription : 30/05/2016
Messages : 1107
Voir le profil de l'utilisateur

_________________

J'ai laissé au fil du temps mourir, mon innocence
S'enfuir les souvenirs de mon enfance, je sais ce que la vie a fait de moi

Et le temps défile sans me laisser, la moindre chance
Dans l'indifférence, je suis ce que la vie a fait de moi
Revenir en haut Aller en bas
Dim 3 Juil - 16:18

Quand je reste ta seule force..





C'était trop espéré qu'il puisse être un peu touché, c'était trop espéré que l'espace d'une seconde il est pu ressentir un peu d'affection et de remerciement pour notre mère...je crois que quand il s'agit d'Aedan, tout est trop lui demandé. Son coeur est de pierre, ses sentiments effacer...Il recommence a attaqué avec de vilaine paroles et bien qu'elles fassent encore mal , je garde le dessus.

Et bien peut être que mes idées sont fausses, peut être que mes idées ne sont qu'un rêve mais je ne les oublierai pas même si on me donnait tout l'or du monde, ça restera encré en moi jusqu'à ma mort. Si tu n'es plus capable d'ouvrir les yeux , alors reste aveugle mais moi je saurais toujours que maman, nous a protégé toute ces années...elle a tout fait pour nous donné une vie normale..celle de deux enfants, deux adolescents comme les autres...et je l'en remercie..

Je finis mes bouchés, je finis ce qu'il me donne sans parlé, je garde juste mon regard encré sur lui. Ca peu paraitre gênant pour certains mais c'est presque le seul moment ou je peux avoir ne serait ce qu'un contact visuel. Bien qu'aujourd'hui, je me félicite d'avoir reussi a avoir un contact physique avec lui. Juste une douce caresse sur sa joue balafré mais ce geste a apporté quelque choses en moi, je me suis senti quelque peu mieu et je me dis qu'Aedan...reste ma seule force, malgrés qu'il pense toute ces attrocité a mon sujet, attrocité qu'il continue de deversé a l'instant même et que je ne préfère pas relevé parce que ça me brise et que ma voix va se casser sous les sanglots qu'ont apporté ses paroles.Il ouvre le yaourt et m'en foure une asser bonne dose dans la bouche...ça me couperait presque le souffle, j'essaye de maché ça aussi rapidement que possible et une fois avaler, je porte lentement une main a ma bouche pour toussé. Ca a eu le même effet que quand quelqu'un avale de l'eau de travers et c'est certainement pas agréable..une fois cette toux passé, je le laisse me nourrir de nouveau..

tu as l'aire épuisé...tu devrais prendre un jour ou deux pour te reposer..


Code by Joy
Membre en fer

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : sans emploi
Date d'inscription : 31/05/2016
Messages : 315
Age : 26
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 8 Juil - 1:16

Malgré son air fragile, ses cheveux blonds lui donnant l'air d'un ange, ses yeux bleus criant l'innocence à plein poumon. Ce regard tendre qui vous ferait vous damner... Liorah est forte. Loar a toujours été forte... Elle le saura toujours. J'aurais beau faire ce que je veux, je pense que jamais je ne saurais aussi fort qu'elle. J'ai beau être puissant, fort... Je ne saurais jamais a un quart d'elle. Je lâche pourtant un soupire exaspéré. Je garde mon air détaché et surtout irrité a ces paroles.

-Depuis quand une bonne mère fait en sorte de cacher ses enfants, de leur dire de ne pas être complètement eux ? Depuis quand ? Heureusement que je ne l'ai pas écouté ta chère maman chérie, sinon je vais te dire où on serait tous les deux depuis dix ans. Au fond d'un troué a moisi parce qu'on nous aurait poignardé !

Je sais que cet accident est la fissure la plus profonde de son être, qu'elle s'en veut comme jamais... Je sais qu'elle n'aime pas ce moment, alors je ne trouve que ça pour lui faire encore plus mal, lui mettre le doute dans la tête et bien passer pour le connard. C'est mon but et je ne perds pas espoire d'y arriver, même si j'y suis déjà je pense. Je la regarde tousser et grogne a ses mots avant de continuer à lui donner son yaourt.

- Normal, je ne passe pas mes journées au fond d'un lit à me plaindre, MOI. Et... Mêles-toi de ce qui te regarde...

Je ne dirais pas non à un ou deux jours de repos, mais je ne peux pas, je ne serais pas... Tranquille... Loin d'elle... Au fond...
Fonda et admin

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : Infirmier
Date d'inscription : 30/05/2016
Messages : 1107
Voir le profil de l'utilisateur

_________________

J'ai laissé au fil du temps mourir, mon innocence
S'enfuir les souvenirs de mon enfance, je sais ce que la vie a fait de moi

Et le temps défile sans me laisser, la moindre chance
Dans l'indifférence, je suis ce que la vie a fait de moi
Revenir en haut Aller en bas
Lun 11 Juil - 2:42

Quand je reste ta seule force..





J'ai beau prononcé toute les paroles que je veux aucun ne lui conviennent. Il trouve un argument toujours plus terrible que le précedent. Comment peut il lui en vouloir comme ça ? Il en a jamais fait la reflexion avant...alors pourquoi maintenant ? J'ai tellement envie de le hair mais j'y arrive pas. C'est affreux..mais je me sens mal de penser ça...

Elle n'a jamais fait en sorte qu'on ne soit pas nous. Elle nous a toujours apprit l'essentielle Aedan et si elle nous a caché c'est qu'elle avait une bonne raison. On a jamais connu notre père et c'est peut être bien pour ça qu'elle a fait tout ça. Elle voulait probablement nous protégé de cette famille et puis on est peut être pas dans un trou grace a toi au seigneur de la magie...mais moi je suis pas loin de l'être dedans. Je suis sur une pente et je peux y glissé a tout moment dans ce fichu trou !

J'attend encore une réponse comme il sait si bien en faire. Une réponse qui va encore la mettre en coupable et je serais presque sûr qu'il en fera de même avec moi, il trouvera une excuse..je le connais trop bien. Il me repete encore une fois , une chose qu'il ma déjà dit et je soupire..

Pour la deuxieme fois, c'était pas mon choix d'avenir..tu sais trés bien ce que j'ai toujours voulu faire...rappel toi cette liste...qu'on a fait et " agonisé au font d'un lit d'hopital" en fesait pas parti..

Je le regarde vraiment triste et tourne la tête vers la fenêtre..le repas est fini toute façon..

Va t-en..je veux me reposer...

Je me tourne dos a lui , je les jamais mis dehors avant mais cette fois...j'ai envie d'être seule un peu..je repense a l'avenir dont j'ai toujours rêver...


Code by Joy
Membre en fer

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : sans emploi
Date d'inscription : 31/05/2016
Messages : 315
Age : 26
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 12 Juil - 13:59

Je vois son cœur ce briser un peu plus à travers ses yeux si clairs. Liorah a toujours les yeux expressifs, c'est sa plus grande faiblesse. Les yeux sont la fenêtre de l'âme et pour Liorah c'est plus qu'avérer. Cependant j'en tire un sourire satisfait, un faux sourire, mais bien assez vrai à ses yeux. Les miens beaucoup plus foncer, sont moins expressifs. Disons que j'ai appris avec le temps. Elle tente vainement de tout nier en bloquer, de prendre sa défense, mais je suis sur qu'au fond d'elle elle est de mon avis.

-Elle nous surtout toujours apprise à cacher l'essentielle de nous. On est des sorciers, pas de simple humain aussi faible qu'ils puissent être. Ou alors notre mère était tout simplement une marie couche toi là et qu'elle s'est faite tirée par le premier mec qui a bien accepté de se glisser entre ses cuisses. Si tu veux je t'y pousse et je te creuse même le troue.

Je crois que je viens d'atteindre le seuil. Je n'ai jamais été aussi peu respectueux de notre mère, jamais si vulgaire et méchant pour celle qui m'a donné la vie. Jamais... Et pourtant... Je continue donc sur la lancer et après lui avoir fait finir son yaourt, je lance comme une pierre qui tombe au fond de l'eau. Comme une balle qui frappe de plein fouet un cœur.

-Peut-être que toi tu ne l'as pas souhaité, mais qui te dis que ce n'était pas mon souhait... ?

Je dis ça si sérieusement et avec un ton si convaincant, que ça ne peut que semer le doute dans son cœur et sa tête. C'est là que je vois que j'ai enfin poussé le bouchon assez loin pour la blesser profondément. Elle me demande de m'en aller et je me lève en silence, range rapidement mon plateau, quittant la chambre, un sourire aux lèvres devant elle. Mais une fois derrière la porte, je le perds bien vite, le cœur briser en deux.
Fonda et admin

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : Infirmier
Date d'inscription : 30/05/2016
Messages : 1107
Voir le profil de l'utilisateur

_________________

J'ai laissé au fil du temps mourir, mon innocence
S'enfuir les souvenirs de mon enfance, je sais ce que la vie a fait de moi

Et le temps défile sans me laisser, la moindre chance
Dans l'indifférence, je suis ce que la vie a fait de moi
Revenir en haut Aller en bas
Sam 16 Juil - 15:51

Quand je reste ta seule force..





Comme j'en étais sur Aedan a encore trouvé un argument et je crois qu'il a été plus terrible que les minutes précédente. Les mots qu'il prononce sur notre mère sont ignoble. Comment peut-il dire ça. Il a déjà été méchant avec elle mais pas au point de la traité comme une trainée. Une part de moi le hais rien que pour ça. Ca me tellement encore plus triste..Je le regarde et baisse asser vite les yeux..regardant le mur. Je n'arrive tout bonnement a rien répondre...Je n'ai pas senti seulement mon coeur se brisé mais aussi tout mon âme.... Maintenant, c'est comme une chose normal de l'entendre le dire. Par contre, ce qui me fait plus que affreusement mal c'est l'idée qu'il est pu souhaité que je sois à l'hopital..comment on peu souhaité une chose pareil ?! J'ai fait quoi de si terrible pour mériter ça ?? D'accord, je suis coupable pour ce qui est de sa cicatrice...mais est ce que je mérite d'être blamer de la sorte ?? Je ne trouve rien a répondre trop blessé par ces dernières paroles. Le dos tourné , j'entend la porte ce refermé et un sanglot éclate...ce sanglot terriblement douloureux et bruyant, n'importe qui comprendrait que...j'ai si mal...

FIN


Code by Joy
Membre en fer

Vos info rapide !
Vos liens
:
Vos loisirs et goûts
:
avatar
Emploi : sans emploi
Date d'inscription : 31/05/2016
Messages : 315
Age : 26
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Two Worlds In Pain :: Flood :: Corbeille :: RP terminés-